Trévérien : "Il n'y a que notre école qui peut s'appeler François Pinault !" Le maire répond aux critiques

Publié le Mis à jour le
Écrit par V. Chopin avec l'AFP

Après consultation de la population et vote du conseil municipal, la petite commune de Trévérien, en Ille-et-Vilaine, a décidé que son école publique portera le nom de François Pinault parce que l'homme d'affaires y a été scolarisé. Bonne ou mauvaise idée ?

Elle aurait pu s'appeler "Victor Hugo", "Les trois écluses" ou bien encore "Monsieur et Madame Cadioux", du nom de deux de ses anciens instituteurs, mais c'est François Pinault qui a été retenu.

L'école publique du village de Trévérien, en Ille-et-Vilaine, portera le nom de l'homme d'affaires et milliardaire François Pinault. La décision a fait l'objet d'une consultation de la population puis d'un vote en conseil municipal courant décembre. "J'ai reçu sa réponse positive durant les vacances de Noël, on en a reparlé au conseil de janvier : c'est une grande fierté, pour lui, comme pour Trévérien !" réagit aujourd'hui le maire de village situé à mi-chemin entre Rennes et Saint-Malo.

Un choix pertinent ?

Donner à une école publique, le nom d'un homme d'affaires milliardaire, fondateur des sociétés Artémis et Kering, supporteur et mécène du Stade rennais : le choix fait couler beaucoup d'encre sur les réseaux sociaux.

Si certains saluent "un bel hommage à celui qui n'a jamais oublié son coin de Bretagne",  d'autres sont plus sceptiques : "Avant, les écoles portaient le nom de grands auteurs ou de personnes historiques..." remarque par exemple Christophe sur Twitter.

Certains aussi s'interrogent, à l'image de Jean : "Et pourquoi ne pas exproprier une grande partie de la richesse de François Pinault pour permettre à encore plus d'enfants de profiter de sorties scolaires et de matériel informatique récent ?" 

Le maire sans étiquette de cette commune de 950 habitants, lui, assume.

C’est un enfant du pays qui a été élève dans cette école. Il garde un souvenir très ému de l’enseignement de ses instituteurs qui lui ont appris à parler le français car à l’époque il ne parlait que le gallo.

Vincent Melcion,

maire de Trévérien

"Un modèle pour l'école"

Dans le village, un appel à proposition a d'abord été lancé en octobre. Une trentaine de noms ont alors été retenus, puis une commission composée d'élus, d'habitants, de la directrice de l'établissement et d'enfants, en a sélectionnés quatre : Victor Hugo, François Pinault, Les trois écluses ainsi que M. et Mme Cadioux, qui ont été les enseignants de Monsieur Pinault précisément.

Avant de retenir le choix de François Pinault, le conseil municipal s'est posé plusieurs questions : "Peut-on nommer quelqu'un de vivant ? Est-ce que c'est parce qu'on a eu une réussite économique et professionnelle qu'on mérite son nom sur l'école ? Pourquoi choisir un industriel ?...

"Il y a eu débat au sein du conseil municipal..." explique le premier élu de la commune. "C'est pas parce qu'on a réussi économiquement qu'on est un modèle pour l'école ! On est un modèle pour l'école, parce qu'on défend des valeurs qui sont celles de l'école publique !"

"François Pinault est un personnage représentatif d'un mode de réussite, mais c'est aussi et surtout un enfant du village. De ce fait là, on s'est posé la question : est-ce qu'une autre école pouvait s'appeler François Pinault ? Et il s'avère que non ! Il n'y a que celle de Trévérien qui peut s'appeler François Pinault !..."

Est-ce qu'une autre école pouvait s'appeler François Pinault ? Il s'avère que non ! Il n'y a que celle de Trévérien qui peut s'appeler François Pinault !

Vincent Melcion,

maire de Trévérien

"On est tombé d'accord sur le choix de François Pinault (...) parce qu'il a toujours affirmé son soutien à l'école", complète le maire de cette commune rurale, soulignant que l'homme d'affaires soutenait régulièrement les projets de l'équipe pédagogique : tablettes, ordinateurs, imprimantes, vidéoprojecteurs...

Vincent Melcion ne s'en cache pas : les écoliers de Trévérien bénéficient d'un équipement informatique dernier cri grâce à l'homme d'affaires qui multiplie les aides et les dons depuis plusieurs décennies. 

François Pinault, le mécène ?

L'enfant du pays a aussi aidé à la réalisation de voyages culturels dont ont pu profiter les 85 écoliers. Un soutien qui suscite des jalousies et interroge sur l'indépendance de la mairie. Mais Vincent Melcion s'en défend : "Ce n'est pas parce qu'il finance des choses, qu'il a son nom sur notre école !" tient à préciser l'édile.

François Pinault, aujourd'hui âgé de 85 ans, ne souhaite pas réagir aux sollicitations des médias, mais dans une lettre adressée à monsieur le maire, il a exprimé son "immense joie" : "C'est une réponse empreinte d'émotions, raconte Vincent Melcion. "C'est touchant, les deux sont fiers : François Pinault, et la commune de Trévérien aussi !"

Une commune dans laquelle il passe régulièrement visiter son frère qui y est toujours habitant. Récemment, François Pinault a ainsi constaté qu'il y avait des défauts dans la restauration de l'église. "Il s'est proposé de prendre en charge une partie des travaux, mais c'est bien la première fois que cela arrive dans ce sens-là !" précise de suite l'édile.

Rectorat, préfecture... Tout le monde ayant donné son aval pour le nom de l'école, une cérémonie d'inauguration devrait avoir lieu à la fin du premier semestre 2022.