L'eau du robinet peu polluée en Bretagne...

Parce que des "solutions essentiellement palliatives" ont été choisies, regrette l'UFC Que Choisir.

Par Sylvaine Salliou

Près de deux millions de personnes en France reçoivent une eau non conforme aux réglementations car trop polluée, a alerté mardi l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, mettant en cause l'agriculture, «à l'origine de près de 70% des pollutions».

«Il y a près de deux millions de consommateurs qui paient pour de l'eau significativement polluée», a affirmé lors d'une conférence de presse Sylvie Pradelle, administratrice nationale de l'association, même si pour 97,5% de la population «globalement, l'eau est de bonne qualité grâce à la réglementation».

L'association base sa mise en garde sur une enquête qu'elle a menée à partir des résultats d'analyses du ministère de la Santé, commune par commune, sur deux ans. Elle a passé ses résultats au crible de six critères «traduisant les principales contaminations».

Les pesticides sont responsables de l'essentiel des pollutions d'origine agricole (60%) et leur utilisation dans l'agriculture «n'a pas diminué en 10 ans», dénonce l'association.

Les zones les plus touchées sont le Bassin parisien, le Nord, la Vallée du Rhône et le Sud-Ouest, et les communes les plus peuplées recevant de l'eau polluée sont Sens (Yonne) et Lisieux (Calvados).

Pesticides et nitrates

Deuxième source de pollution agricole et principale cause de fermeture des captages (points d'extraction d'eau), les nitrates contaminent l'eau principalement dans le nord du pays, souligne l'association.

La France fait actuellement l'objet de poursuites de Bruxelles pour son incapacité à lutter contre cette pollution, qui fait l'objet d'une directive.

L'eau en Bretagne

Si l'eau en Bretagne n'est pas polluée, c'est parce que des "solutions essentiellement palliatives" ont été choisies, regrette l'UFC Que Choisir.

Ces solutions, largement supportées par les consommateurs (à 90%), entraînent un surcoût de 7 à 12% de la facture d'eau, soit entre 640 millions et 1 milliard d'euros, déplore l'association.

«Pour nous, il y a urgence à agir» car «l'avenir ne peut pas être l'eau en bouteille», qui coûte 133 fois plus cher que l'eau du robinet, estime Alain Bazot, son président.

L'UFC-Que choisir réclame donc «une protection efficace de tous les captages», «une application du principe pollueur-payeur dans le domaine des pollutions agricoles» et que «les aides de la politique agricole commune (PAC) soient réservées aux modes de production s'inspirant des agricultures intégrées et biologiques».

L'UFC-Que Choisir met à disposition sur son site internet ses résultats, commune par commune.

Sur le même sujet

Anaëlle Cardin, directrice de l'école Madeleine à Guingamp

Les + Lus