• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Drame familial: Plougastel sous le choc

Une femme est soupçonnée d'avoir tué le plus jeune de ses trois fils à coups de couteau et grièvement blessé le cadet.

Par Krystel Veillard et Sylvaine Salliou

video title

Plougastel-Daoulas (29) : Infanticide

A Plougastel-Daoulas dans le Finistère, une mère de famille a tué à coups de couteau son fils de 7 ans.

Le drame s'est déroulé dans la nuit de jeudi à vendredi dans un pavillon d'un lotissement de Plougastel. Une mère de famille a tué le plus jeune de ses trois garçons, âgé de 6 ans et demi, et grièvement blessé le second, âgé de 9 ans. Ce dernier se trouve toujours entre la vie et la mort à l'hôpital de Brest. Il a été opéré plusieurs fois.  

Vers 2h du matin, cette mère d'une famille, décrite comme sans histoire, est prise d'un coup de folie. Elle tue le plus jeune de ses trois garçons à coups de couteau et blesse le second à l'abdomen. Le père, présent, a lui aussi été légèrement blessé. Elle aurait, semble t-il, tenté ensuite de mettre le feu à leur maison. Dans ce quartier paisible de la commune, c'est le choc. Les gendarmes ont poursuivi les relevés dans la maison. La mairie a pris un arrêté pour interdire l'accès à toute personne étrangère au lotissement.

Le père et l'aîné des trois garçons, âgé de 11 ans, sont hébergés dans la famille paternelle qui réside sur la commune.

La mère de famille, originaire de Plouzané (29) est toujours internée dans un établissement hospitalier psychiatrique. Elle n'a pas été interrogée. La nuit du drame, elle a dû être maîtrisée par un Taser, lors du drame. On ignore si cette femme de 36 ans, mère au foyer, avait des antécédents psychiatriques. Elle exerçait un emploi d'aide familiale depuis cinq ans, jusqu'en juin dernier.

Une cellule d'aide psychologique sera mise en place lundi matin, dans les établissements scolaires fréquentés par les enfants. Quatre psychologues accueilleront les élèves de l'école primaire Saint-Jean et Saint-Pierre et du collège Sainte-Anne.

Sur le même sujet

Interview d'André Ollivro

Les + Lus