• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

J. Vabre: l'hécatombe

13 bateaux sur 35 engagés ont déjà abandonné la course. POur les autres, direction le Costa Rica.

Par Stephane GRAMMONT/ avec AFP

video title

video title

TJV: résumé après 5 jours de course.

L'hécatombe dans la transat Jacque Vabre. Après 5 jours de course, un tiers de la flotte a été victime de casse. Les conditions météo sont particulièrement difficiles.

Après le gros mauvais temps des derniers jours, à l'origine de l'abandon de 13 concurrents sur 35, la course a repris en tête de la flotte de la Transat Jacques Vabre, désormais en route vers le soleil des Antilles et la mer des Caraïbes.

Dernier abandon en date, celui des Britanniques Ned Collier Wakefield/Sam Goodchild,
premiers des monocoques Class40 (12,18 m). Mardi matin, ils ont annoncé qu'ils
faisaient route vers les Açores après avoir constaté un délaminage à l'avant de la coque.

Marc Thiercelin et Luc Alphand (DCNS) de retour à Lorient

Le duo Marc Thiercelin/Luc Alphand a abandonné dimanche dernier pour cause de "panne d'énergie" sur le bateau. " Sans énergie pour affronter les deux tiers de la course restant à parcourir, l'équipage se retire de la compétition, contraint et forcé, au quatrième jour de course" a annoncé l'équipe.Selon l'équipe DCNS, le problème a commencé à se manifester samedi soir, avec des batteries qui ne chargeaient plus.
DCNS est arrivé dans la nuit de mardi à mercredi à Lorient (Morbihan)

J. Vabre: l'hécatombe


 

Stamm et Cuzon hélitreuillés

Le tandem helvéto-français Bernard Stamm/Jean-François Cuzon sur Cheminées Poujoulat a déclenché sa balise de détresse  lundi matin. Les deux hommes ont été hélitreuillés sans problème en début d'après-midi. Leur monocoque Imoca (18,28 mètres) était victime d'une voie d'eau importante, à environ 230 milles (environ 420 km) au nord de l'île de Sao Miguel dans l'archipel des Açores.

La décision d'envoyer un hélicoptère a été prise parce que "les conditions météorologiques actuelles sur l'archipel ne permettent pas à un remorqueur de prendre la mer avant deux ou trois jours au mieux pour rejoindre le monocoque", avait auparavant indiqué l'équipe technique des deux navigateurs.

Autre abandon, celui des Français Vincent Riou/Hugues Destremau, en raison d'une cloison fissurée sur leur Imoca PRB. Arrivés lundi après-midi à Horta, sur l'île de Faial (Açores), le tandem a examiné mardi l'avarie constatée sur une cloison de leur Imoca (18,28 m) et déclaré officiellement qu'ils abandonnaient. "Au mieux, il faut trois jours de boulot pour faire une réparation correcte", a déclaré Riou, vainqueur du Vendée Globe 2004-2005. "Je ne souhaite pas faire une réparation à la va vite qui ne sera pas suffisamment sécurisante pour le reste de la course. Et cela nous obligerait à repartir bien trop tardivement pour nous battre avec les autres."
 "Nous ne pouvons donc poursuivre la course dans de bonnes dispositions et n'avons
pas d'autre choix que celui d'abandonner
", a-t-il ajouté.

Abandons en série chez les Multi 50

Crêpes Whaou! skippé par Franck-Yves Escoffier et Antoine Koch, Prince de Bretagne skippé par Lionel Lemonchois et Matthieu Souben et enfin FenêtréA-Cardinal skippé par Erwan Le Roux et Didier Le Vourch ont abandonné la Transat Jacques Vabre, alors que les bateaux se trouvaient à la latitude du cap Finistère au nord-ouest de l'Espagne. Il s'agit de trois trimarans Multi 50. Dans cette catégorie, il ne reste que deux concurrents en course, Actual (Yves Le Blévec/Sam Manuard) et Maitre Jacques (Loïck Féquet/Loïck Escoffier).

L'équipage Prince de Bretagne a signalé vendredi soir une avarie importante sur le bateau.

Voir les images (no comment):

Le voilier FenêtreA-Cardinal est également touché par une panne mécanique. Les skippers ont donc décidé de faire demi-tour et de regagner soit un port espagnol, soit la Bretagne selon les conditions météo.

Enfin, Escoffier souffre d'une blessure après être tombé sur le dos. Le skipper ne peut plus barrer, ni manoeuvrer.

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus