• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les écologistes répondent à Nicolas Sarkozy

"Il y a toujours les intégristes qui vont protester et on n'entend qu'eux." Les écologistes n'ont pas apprécié.

Par Géraldine Lassalle

video title

Finistère: les marées vertes et le Président

Nicolas Sarkozy sera en déplacement à Crozon pour évoquer la protection de la mer et du littoral. Il participera à une table ronde. La coordiantion anti-marées vertes regrette de ne pas avoir été invitée.

En déplacement à Crozon, Nicolas Sarkozy a défendu les agriculteurs. Il a aussi traité les défenseurs de l'environnement d'"intégristes". Ecoutez Yves-Marie Le Lay, président de l'association "Sauvegarde du Trégor". Il estime que le président de la république est un "partisan au service de quelques-uns".

Le programme de la visite

Nicolas Sarkozy est arrivé à Crozon vers 13h20 pour visiter le site de la Pointe de Dinan et rencontrer des équipes du conservatoire du littoral et des associations de protection de l'environnement en mer. Il a ensuite participé à une table ronde accompagné des ministres de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, et de l'Agriculture et de la Pêche, Bruno Le Maire.

Les annonces

- La création de 6 parcs marins d'ici 2012. Deux sont déjà créés dont un en mer d'Iroise et un deuxième à Mayotte.

- Le conservatoire du Littoral conservera des moyens à travers la taxe de francisation des navires pour acquérir de nouvelles terres  Il possède actuellement 12% du littoral et souhaiterait en avoir 25% d'ici 2050.

- Le conservatoire du Littoral pourrait bientôt gérer une soixantaine de phares remarquables. Le verdissement de la taxe de francisation des navires permettrait de dégager des moyens supplémentaires: "On va demander au conservatoire de valoriser notre patrimoine collectif en développant sa compétence de gestionnaire pour des phares. Il y a 130 phares remarquables dans notre pays, on va en confier une soixantaine à la gestion du conservatoire pour qu'il les valorise et les entretienne"

Les algues vertes au programme
Nicolas Sarkozy a évoqu de lui-même l'épineux problème des algues vertes lors de la table ronde. Le Président de la République n'a pas voulu froisser les agriculteurs. Il a annoncé que l'Etat serait aux côtés des collectivités pour poursuivre les actions de ramassage: "Nous allons continuer les actions de ramassage sur terre et en mer des algues vertes parce que c'est capital pour l'activité du tourisme (...) l'Etat sera présent auprès des collectivités". Les projets de méthanisation serait privilégiés pour aider les agriculteurs à dégager de nouveaux revenus: "Le plus grand service que les agriculteurs bretons peuvent se rendre à eux-mêmes, à leur environnement et à la Bretagne, c'est de s'engager massivement dans la méthanisation, qui permettra de protéger l'environnement et en même temps de dégager des sources de revenu complémentaires pour les agriculteurs" .  

Coïncidence ou pas, l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire a publié le même jour un  rapport sur les dangers des algues vertes pour les riverains, les promeneurs et les ramasseurs. En début de semaine, la coordination anti-marées vertes avait fait savoir qu'elle regrettait de ne pas avoir été conviée pour rencontrer le Président.

Une lettre ouverte

Il y a quelques jours, l'UFC-Que choisir dénonçait "un projet de décret et d'arrêtés ministériels" qui "(...) autoriseraient l'épandage d'une quantité d'azote organique
(principalement le lisier) augmentée de plus de 20% par rapport à la quantité maximale
actuellement autorisée. Et ce sur les zones les plus dangereuses".

En réponse, l'association Eau et Rivières de Bretagne a appelé Nicolas Sarkozy dans une lettre ouverte à abandonner ce projet pour laisser la priorité à la lutte contre les algues vertes. 

"Au nom de la cohérence des politiques, et de l'efficacité des dépenses publiques, je souhaite que vous soyez l'interprète de tous ceux qui, en Bretagne, veulent faire reculer les marées vertes et que vous ordonniez aux ministres concernés d'abandonner les dispositions contestées", a écrit le président d'Eau et Rivières.

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus