Les tracteurs et les vélos sont entrés dans Paris

Interdits de capitale, les opposants de ND des Landes sont quand même entrés dans Paris, tôt ce matin.

Par Sylvaine Salliou et Reuters

video title

video title

Manif anti aéroport: ils sont entrés dans Paris

Tracteurs et Vélos sont devant la Sénat. Les manifestants veulent être reçus par la ministre de l'écologie.

Les opposants au projet d’aéroport ont réussi leur coup. Ils ont joué la surveillance des forces de l’ordre en entrant dans la capitale de nuit, par la porte d'Orléans. Le ministère de l'Intérieur avait, dès mercredi, interdit leur entrée dans Paris.

"Aéroport, non", "Non aux aéroports, gardons le foncier pour la culture", pouvait-on lire sur des pancartes brandies par les manifestants qui ont remonté le bd Saint-Michel jusqu'aux jardins du Luxembourg qui abrite le Palais du Sénat, en présence d'un fort dispositif policier et sans incident.

Des banderoles proclamaient aussi"Oui aux moutons, Non aux avions", ou pour les "bocages et pâturages contre l'aéroport" - dont les travaux doivent commencer en 2014. Quelques animaux de la ferme, vaches, moutons, chèvres, étaient poussés devant le cortège mené par José Bové, eurodéputé écologiste. Certains manifestants étaient déguisés en vaches, en paysans ou en fermières, outils à la main, s'égosillant contre un projet qui ne vise, selon l'un d'eux, qu'à "faire plaisir à Vinci"- le groupe missionné pour la construction du nouvel aéroport.

Ils étaient 3.000 selon les organisateurs, 1.400 selon la police, la plupart sont venus de Nantes par car.

Premiers vols en 2017

L'aéroport Notre-Dame-des-Landes, dont la mise en service est prévue pour 2017, doit remplacer celui de Nantes-Atlantique, menacé de saturation. L'idée, qui date maintenant de plus de 40 ans, est de remplacer l'aéroport actuel, Nantes-Atlantique à 10 km au sud-ouest de la ville, par un aéroport plus étendu, quelque 25 km au nord.

Après l'enquête publique en 2006, la déclaration d'utilité publique en février 2008, et, en décembre dernier, l'attribution de la réalisation et de la concession pour 55 ans au groupe Vinci, l'ouverture de l'aéroport est prévue en 2017.

Sa construction est vivement contestée par certains élus locaux et des associations de défense de l'environnement pour qui ces nouvelles infrastructures vont à l'encontre des engagements du gouvernement dans la lutte contre le réchauffement climatique.

L'association estime que ce projet d'aéroport va enlever plus de 2.000 hectares à l'agriculture. Elle accuse aussi le maire PS de Nantes, Jean-Marc Ayrault de "vouloir récupérer du terrain pour agrandir la ville".

Voir aussi la vidéo de Sébastien Thomas, journaliste à Nantes :

http://www.dailymotion.com/video/xmagjs_l

L'an dernier déjà...

L'année dernière, les opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes avaient organisé un autre périple, sur les routes du Morbihan, d'Ille-et-Vilaine, du Maine-et-Loire et de Vendée. Cette fois-ci, c'est Paris qui est ciblé. Car le dossier de Notre-Dame-des-Landes, pourrait peser dans la campagne présidentielle. Il est l'objet de discorde entre Europe-Ecologie-Les Verts et le PS. Les premiers souhaitent l'abandon du projet. Les socialistes locaux, eux, continuent à le défendre.

Sur le même sujet

Anaëlle Cardin, directrice de l'école Madeleine à Guingamp

Les + Lus