• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ria d'Etel: pas de pollution générale

© Alexandre Vaissière / Flickr
© Alexandre Vaissière / Flickr

Après analyses, la préfecture a décidé d'augmenter la zone de commercialisation autorisée pour les huîtres.

Par Géraldine Lassalle

video title

video title

Ria d'Etel: les ostréiculteurs inquiets

Plusieurs chantiers ostreicoles de la Ria d'Etel ont fait l'objet d'un arrêté prefectoral leur interdisant de ramasser les huitres dans leur parc après la pollution aux hydrocarbures échappés du TK Bremen. Un coup dur avant les fêtes de fin d'année mais les amateurs sont restés au rendez-vous.

Vendredi 16 décembre, après l'échouement du TK Bremen et la fuite d'hydrocarbures de son réservoir, la préfecture du Morbihan avait décidé par précaution d'interdire la commercialisation des huîtres d'une partie de la Ria d'Etel. Les chantiers ostréicoles ne peuvent commercialiser que les huîtres qu'ils ont récoltées avant le tempête. Ce jeudi, la préfecture a communiqué sur les résultats des analyses pratiquées, des résultats plutôt encourageants. Elles démontrent en effet "non seulement l'absence de pollution générale dans la Ria d'Etel, mais aussi l'amélioration continue de la qualité de ces coquillages ".

"Cette amélioration se poursuit, et permet aujourd'hui d'augmenter encore la zone où la commercialisation est autorisée. C'est pourquoi les huîtres situées entre Saint-Cado et Pont-Lorois peuvent désormais être consommées sans risque", indique le communiqué de la préfecture.

Pour les autres coquillages, l'interdiction de commercialisation est maintenue dans l'ensemble de la rivière en attendant des analyses supplémentaires.

Des indemnisations jugées insuffisantes

Mardi, l'assureur a fait savoir qu'un fonds d'indemnisation sertait mis à disposition des victimes de l'échouement du TK Bremen. Professionnels, collectivités locales et particuliers pourront déposer un dossier. Ce fonds sera plafonné à 2,5 millions d'euros, insuffisant selon les ostréiculteurs.

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus