• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ligue 1: Rennes craque à Dijon avant la finale de la Coupe de France, beaucoup de déception pour Julien Stéphan

Le Stade rennais a plié face à Dijon / © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Le Stade rennais a plié face à Dijon / © PHILIPPE DESMAZES / AFP

Rennes ne s'est pas rassuré à huit jours de sa finale de Coupe de France face au Paris SG en s'inclinant vendredi 3-2 sur la pelouse de Dijon, qui poursuit son opération maintien en Ligue 1.

Par E.C avec AFP


Avec cette nouvelle contre-performance, synonyme de sixième match sans victoire en championnat, les Bretons pointent à la 11e place du classement, avec 43 points. Dijon, sur une dynamique contraire, a enchaîné là un troisième match sans défaite et consolidé ainsi sa place de barragiste, 18e avec 28 points. 

Julien Stéphan, le coach rennais, qui aurait pu être tenté de ménager certains de ses cadres avant d'affronter le PSG, a pourtant aligné sa meilleure équipe possible en Bourgogne.

Ses joueurs, après s'être procurés la première occasion par Adrien Hunou (17e), ont cédé sur la deuxième tentative dijonnaise, une tête piquée de Nayef Aguerd, bien servi sur corner par Naïm Sliti(19e, 1-0). Les Rennais ont réagi par Mbaye Niang (34e) mais étaient tout près de céder une deuxième fois, Koubek empêchant Wesley Saïd de marquer contre son ancien club (36e). Le gardien breton s'est opposé une nouvelle fois à une tentative de l'attaquant dijonnais (48e) et trois minutes plus tard, Adrien Hunou a trompé Alex Runarsson d'une frappe croisée (1-1, 51e). 

Mais le finaliste de la Coupe de France a craqué dans la foulée, après que Benjamin Jeannot a repris de volée un premier tir de Saïd repoussé par Koubek (2-1, 55e). Les Rennais ont à nouveau réagi très vite grâce à Niang, qui a égalisé d'une somptueuse reprise acrobatique sur un service de Clément Grenier, un but accordé par M. Thual après un recours à l'assistance vidéo (2-2, 61e).
    
Toujours dangereux grâce à ses qualités techniques et offensives, le Stade Rennais s'est procuré deux occasions de prendre l'avantage, mais les tentatives d'Hatem Ben Arfa  73e, 79e) sont restées stériles. C'est finalement Dijon, sur un but du gauche de Saïd (83e, 3-2), qui a éliminé son adversaire d'un crochet intérieur, qui s'est imposé.
 


"Il y a beaucoup de déception, de frustration et de colère aussi"


Julien Stéphan, entraîneur de Rennes, après la défaite de son équipe 3-2 sur la pelouse de Dijon en L1: "Il y a beaucoup de déception, de frustration et de colère aussi. Nous avons fait une première période catastrophique à tous les niveaux, une seconde un peu meilleure. Nous allons jouer une finale de Coupe de France face au Paris SG. Si nous y allons dans les mêmes dispositions, cela va faire très mal. Nous avions lutté pour que cette finale ne soit pas trop présente dans les têtes. Mais il va falloir encore beaucoup travailler et se remobiliser. 
 

Les joueurs sont conscients de leur prestation. Si on fait de bons résultats, la confiance est là. Mais on reste sur six matches sans victoire en Ligue 1 (trois nuls, trois victoires), le bilan n'est pas bon. Bravo à Dijon, qui a mis ce qu'il fallait pour gagner."
    
De son côté, Olivier Letang, le président du Stade rennais n'a pas mâché ses mots. "Quand je pense à l’élan populaire qu’on a su susciter, quand on a vu une équipe qui se transcendait et qui avait des valeurs, je suis aujourd’hui très inquiet. Je dois dire que si je suis le PSG ce soir, je suis très tranquille. Le PSG ne risque absolument rien dans une semaine pour cette finale. Il restera après cinq matchs de championnat. Je tire la sonnette d’alarme".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus