Loi Alimentation : les agriculteurs se mobilisent à Ploërmel

Les agriculteurs se sont rassemblés sur le rond-point devant le Leclerc de Ploërmel (Morbihan). / © Stéphane Izad - France Télévisions
Les agriculteurs se sont rassemblés sur le rond-point devant le Leclerc de Ploërmel (Morbihan). / © Stéphane Izad - France Télévisions

Ce mercredi 27 novembre, les agriculteurs se mobilisent un peu partout en France pour manifester leur mécontentement. A l’appel de la FDSEA 56 et le syndicat Jeunes Agriculteurs du Morbihan, une vingtaine d’agriculteurs s'est rassemblée à Ploërmel.
 

Par Juliette Vincent-Seignet


Les manifestants se sont rassemblés sur un rond-point devant le Leclerc de Ploërmel (Morbihan), en écho à la mobilisation nationale. Si les agriculteurs bretons ne se sont pas déplacés à Paris, ils comptent bien se faire entendre.

Les éleveurs sont "exaspérés". Depuis que la loi Agriculture et alimentation dite loi "Egalim" a été promulguée en novembre 2018, ils ne constatent aucun changement sur leur revenu. Le texte promettait pourtant de protéger les producteurs en visant une équitable répartition de la valeur entre producteurs, transformateurs et distributeurs.

Les agriculteurs veulent mettre la pression sur la grande distribution et ses fournisseurs alors que viennent de commencer les négociations commerciales annuelles qui fixent les prix pour un an.

 
La vingtaine de manifestants manifeste son mécontentement. / © Stéphane Izad - France Télévisions
La vingtaine de manifestants manifeste son mécontentement. / © Stéphane Izad - France Télévisions
 

"On demande un juste retour"


Un des objectifs de la loi était de permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail par le paiement de prix justes. Mais la réalité est tout autre selon les manifestants.

"Cette augmentation de marge pour la grande distribution qui devait normalement redescendre aux paysans est restée dans la grande distribution. Aujourd’hui on parle d’une manne financière entre 600 et 800 millions d’euros qui sont restés à la grande distribution. Aujourd’hui ce n’est pas acceptable. On a bossé et on s’est impliqué sur les états généraux de l’alimentation pour un partage de la valeur, on demande le juste retour", nous explique Frank Guehenec, Président FDSEA 56.

 


Selon les deux syndicats à l’origine du mouvement : "Les revenus des agricultrices et agriculteurs ne s’améliorent pas (…) La loi Egalim devait permettre une meilleure répartition de la valeur. A ce jour, ils ont permis aux GMS (Grandes et moyennes surfaces) d’augmenter les prix aux consommateurs sans retour aux agriculteurs, alors que les charges progressent toujours".

Forte mobilisation dans la capitale 


Les bretons ne sont pas les seuls à manifester ce mercredi 27 novembre. 1.000 tracteurs se sont rassemblés à Paris, ralentissant certains axes routiers. Certains ont tenté de bloquer les Champs Elysées avec de la paille. La circulation en Ile-de-France est perturbée. Leurs motifs de colère diffèrent : agressions d’éleveurs, accords internationaux, mesures anti-pesticides

 

Près de 20% des agriculteurs ont déclaré un revenu nul, voire un déficit de leur exploitation en 2018, selon un rapport de l’Insee publié jeudi 7 novembre 2019.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus