Déconfinement : à Lorient comme à Rennes, les aires de jeux pour enfants restent fermées

À cause des risques de contamination par le coronavirus, les aires de jeux pour enfants restent fermées alors que les jardins dans lesquels, ils se trouvent sont, eux, de nouveau ouverts à la circulation des personnes. Situation susceptible de provoquer quelques écarts.
Les Aires de jeu pour enfant restent fermées à Lorient
Les Aires de jeu pour enfant restent fermées à Lorient © S. Izad - France Télévisions

Les balançoires, les toboggans, les tourniquets, les échelles de cordes, autant de structures sur lesquelles les enfants s'accrochent, rampent, grimpent, autant d'élément qui pourraient accélérer la propagation du virus chez les jeunes.

À Lorient, deux petites filles sur les balançoires en plein centre-ville. Trop tentant par ce beau ciel bleu, la vitesse de balancement apporte un peu de fraîcheur, et… c’est quand même drôle. Un peu à l’écart, sur le banc, une maman patiente, masque posé sur le banc à côté de celui de sa fille, et bouteille de gel hydroalcoolique à porté de main. "Ben, on fait relativement attention", explique-t-elle. "On essuie les mains dès qu’elle arrête et on remet le masque, mais bon, ce sont des enfants, c’est tentant pour eux et surtout par ce beau soleil."
 
Signalisation explicite sur une aire de jeux pour enfants
Signalisation explicite sur une aire de jeux pour enfants © S. Izad - France Télévisions

Pourtant, l’espace jeu est normalement interdit, en témoignent les gros panneaux « sens interdit » et les panonceaux affichés aux abords, avec gisant au pied des installations, des vestiges de rubalise, ces fameux rubans de plastique rouge et blanc matérialisant les espaces interdits.

Les parcs sont accessibles depuis le déconfinement, en revanche, les jeux pour les enfants restent interdits. Selon l'élu de la ville aux parcs et jardins, Bruno Blanchard, ces espaces pour les enfants restent interdits au moins jusqu'au 2 juin. Sinon, explique-t-il, "il faudrait mettre en place une désinfection derrière chaque enfant, ce qui est totalement impossible !" Mais précise-t-il : "un agent de la ville passe tout de même chaque jour pour remettre en place les signalisations d'interdiction", qui manifestement ne sont pas suffisantes à dissuader parents et enfants...
 

Des parcs accessibles mais des jeux interdits


Situation identique dans la capitale bretonne, et dans l'agglomération rennaise, où les mêmes règles sont appliquées. Se promener, oui. Toucher les jeux, non, comme le stipule clairement le communiqué de la ville : "Tous les parcs et jardins de Rennes seront ouverts à partir du lundi 11 mai. En revanche, l'accès aux jeux pour enfants reste interdit, qu'ils soient situés dans ces parcs ou sur d'autres espaces."
 
Le parc Baud-Chardonnet à Rennes
Le parc Baud-Chardonnet à Rennes © Paul-Hugo Guégnard

Mais là aussi, difficile de résister à la tentation manifestement, d'autant que les indications d'interdiction ne sont pas toujours très visibles, comme dans ce parc rennais.
 
Ici, à Noyal-Chatillon, la signalisation est en place comme sur toute l'agglomération rennaise
Ici, à Noyal-Chatillon, la signalisation est en place comme sur toute l'agglomération rennaise © Alain Jégou


Méconnaissance de l'interdiction 


Un peu plus loin vers la mer, dans la cité lorientaise, un papa pousse sa fille sur une balançoire en forme de toile d’araignée. 
 
Il y a bien des restes de rubalise, mais cela n'empêche pas les enfants de s'amuser.
Il y a bien des restes de rubalise, mais cela n'empêche pas les enfants de s'amuser. © S. Izad / France Télévisions

Mêmes résidus de rubalise, qui traînent au pied des agrées, en revanche, l’interdiction n’est plus visible… "En fait, on ne sait pas si c’est interdit, ou si ça ne l’est pas, donc, dans le doute, je laisse ma fille s’amuser." 
 
Les lambeaux de rubalise n'empêchent pas les enfants de s'amuser
Les lambeaux de rubalise n'empêchent pas les enfants de s'amuser © S. Izad - France Télévisions

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux jardins sorties et loisirs confinement : envie d'évasion santé nature société