Dorian Foulon et Alexandre Léauté en arc en ciel : deux paracyclistes bretons, champions du monde sur piste au Canada

Dorian Foulon champion du monde de poursuite, Alexandre Léauté champion du monde du kilomètre : les deux jeunes Bretons ont fait le plein de médailles avec la sélection tricolore au championnats du monde au Canada. Ils vont maintenant préparer les Jeux Paralympiques de Tokyo.
© Pôle espoir de paracyclisme d'Urt

Ils ont 19 et 21 ans, sont originaires des Côtes d’Armor pour Alexandre Léauté, du Morbihan pour Dorian Foulon, et ils viennent donc d’être sacrés tous les deux champions du monde de paracyclisme sur piste au Canada.

Les deux Bretons se remettent doucement de leurs émotions au Pays Basque, à Urt, camp de base du Pôle espoir français de paracyclisme qui les forme toute l’année.    

Nous avons pu les joindre à leur retour en France ce mercredi matin, au saut du lit, digérant le décalage horaire, des valises sous yeux, mais des médailles plein des valises. 


Alexandre Léauté, champion du monde du kilomètre


Alexandre Léauté, 19 ans, s’est imposé sur l’épreuve du kilomètre, battant en prime le record du monde.

Le jeune homme, originaire de Saint-Caradec, a décroché aussi la médaille d’or sur l’Omnium qui récompense la régularité sur l’ensemble des épreuves. Il faut dire qu'il empoche également l’argent sur la poursuite, et le bronze sur le scratch.  

"C’est du pur bonheur, un rêve éveillé, raconte celui qui avait déjà décroché le maillot arc en ciel sur route aux Pays bas en septembre dernier. Ce n’est pas la première médaille d’or c’est vrai, mais le plaisir est intact, merveilleux. Champion du monde, c’est le titre le plus convoité. C’est une immense récompense pour le travail effectué et pour tous ceux qui m’ont soutenu »    
Le jeune homme est hémiplégique de naissance. A droite, il a perdu 95% de sa puissance. Il pédale avec la jambe et le bras gauche. Il court en catégorie C2.

"La passion du vélo m’a été transmise par mon père qui avait une belle carrière en amateur.  Dans ma tête, souligne Alexandre,  je suis valide. Le handicap n’a jamais été un frein pour parvenir à mes fins".

Christophe Dizy, l’entraîneur du Pôle espoir de paracyclisme, confirme : "Ce garçon n’est jamais rassasié, en redemande toujours, il sait se surpasser dans les moments importants. Outre ses capacités physiques, son très gros mental est un atout supplémentaire incroyable."

Le jeune costarmoricain poursuit aussi ses études en BTS maintenance industrielle à Bayonne.
 

Dorian Foulon, champion du monde de poursuite

  
Dorian Foulon lui aussi est un homme heureux. A 21 ans, il vient de vivre "ce qu’il considère comme la plus belle semaine de sa vie, un moment fantastique"

Le Morbihannais de la Chapelle-Caro ramène trois médailles dans ses bagages, dont deux titres. Médailles d’or en poursuite individuelle, et sur l’omnium. Et médaille de bronze sur le kilomètre.
Né avec un pied à l’envers, opéré dès la naissance, Dorian doit composer avec une perte de puissance de 75 % au mollet et de 35 % au niveau de la cuisse. "Pour résumer, explique Christophe Dizy le responsable du Pôle espoir paracycliste, il court sur une jambe et demi, en catégorie C5".

Mais le jeune homme ne se considère pas comme handicapé : "Je vis çà comme une force, confie celui qui court aussi chez les valides, et qui avait fait ses premières armes au Club de Taupont, avant de transiter par Belle-Ile-en-Mer et Malestroit".

"Dorian est même l’un des meilleurs amateurs français chez les valides" souligne Christophe Dizy, qui l’a accueilli au pays Basque en 2014. Il a signé avec l’équipe réserve Caja Rural Seguros, de l’autre côté de la frontière, en Espagne.

Quand il court en handisport, il revêt le maillot de l’équipe bretonne Arkéa/Samsic qui lui apporte un soutien matériel.  
Ses titres viennent récompenser un gros travail de préparation. "J’ai gagné en sérénité à l’approche du grand jour, explique Dorian. Le pôle espoir est une seconde famille".

« Il a fait de gros progrès mentalement confirme Christophe Dizy, la réussite de son compère breton Alexandre Léauté a peut-être aussi servi de détonateur. Ce coup-ci Dorian a compris que c’était possible, et il l’a fait".     
 

Les Jeux en ligne de mire


Après leur courte nuit, les deux Bretons se sont mis à rouler dès leur retour ce mercredi après-midi sur les routes du Pays Basque.

Il vont maintenant préparer leurs deux prochains objectifs, les championnats du monde sur route en juin aux Pays-Bas. Et les Jeux Paralympiques fin aout/ début septembre à Tokyo. Avec dans leur roue un autre Breton désormais pensionnaire du Pôle espoir, le finistérien Noah Palud.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cyclisme sport handisport