Fonderie de Bretagne : la tension monte encore d’un cran

Nouvelle action des salariés de la Fonderie de Bretagne sur la N165, alors que la direction de Renault annonce qu’elle porte plainte pour destruction de matériel.

© DR

"On continue, il ne faut surtout pas qu’on nous oublie", explique Maël Le Goff, secrétaire du syndicat CGT Fonderie de Bretagne. Ils sont 150 en ce samedi après-midi du Pont de l’Ascension à cheminer doucement à pied sur la nationale 165, pour que leur combat reste dans tous les esprits. Après trois semaines de grève, les salariés de la Fonderie ne veulent rien lâcher.  

Ce matin, dans un communiqué, la direction du groupe Renault a annoncé qu’elle portait plainte contre X après la destruction d’un outil de travail. Des salariés menaçaient de détruire les plaques-modèles. Ces moules, d’une valeur de 100 000 euros, permettent de fabriquer les pièces, comme les boitiers de différentiels manufacturés à la Fonderie.

Sur une vidéo, postée hier matin sur les réseaux sociaux, ils affirment être passés à l’acte.

"Première sommation, aujourd'hui nous avons détruit une plaque modèle de porte-fusées... A partir d'aujourd'hui, ce sera 1 par jour jusqu'à obtention de nos revendications !!!"

 

"La vidéo montre la destruction d’un premier outil de travail et annonce la destruction des autres outils de Fonderie de Bretagne", dénonce la direction, qui dit "comprendre les incertitudes, mais "n’accepter sous aucun prétexte les menaces et les violences contre les personnes et les biens".

Bras de fer engagé

Depuis des mois, un bras de fer s'est engagé entre les salariés de la Fonderie et la direction de Renault. Le groupe automobile souhaite vendre la Fonderie et lui cherche un repreneur. Les 340 salariés s’y opposent. "Ils veulent nous mettre la pression. Alors nous aussi, on leur met la pression. S'ils ne sont pas contents, nous ça fait un an qu’on n’est pas contents", s'énerve Maël Le Goff, "c'est une guerre des nerfs".

La CGT annonce qu’une nouvelle plaque-modèle sera détruite chaque jour tant qu’un accord n’aura pas été trouvé. Une nouvelle réunion doit se tenir en Préfecture de région à Rennes ce mercredi 19 mai. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie social automobile