Les ostréiculteurs de la ria d'Etel veulent porter plainte contre l'Etat

Suite à une pollution par un virus humain, la commercialisation des coquillages élevés sur une partie de la rivière d'Etel est interdite depuis vendredi. Des ostréiculteurs ont décidé de porter plainte contre X et contre l'Etat, à qui ils reprochent de ne pas prendre toutes les mesures nécessaires.

Parc ostréicole rivière Etel
Parc ostréicole rivière Etel © DR

"L'Etat ne fait que la moitié du travail", s'insurge Jean Mahéo, le président du syndicat des ostréiculteurs.


Pour Jean Mahéo et pour les ostréiculteurs touchés par l'interdiction de commercialiser leurs huîtres, la coupe est pleine. Autant ils conçoivent que l'Etat interdise la vente dans les zones conchylicoles susceptibles d'être polluées pour des raisons sanitaires, autant ils n'admettent pas que l'administration ne fasse pas de recherche pour trouver l'origine de la pollution.

La vingtaine d'ostréiculteurs, basés sur la rivière d'Etel entre Vieille Chapelle et Sainte-Hélène, n'en peuvent plus d'être privés de la vente de leurs produits, à cause d'un norovirus, un virus humain, certainement issu d'un rejet d'assainissement.

Un virus qui provoque des gastro-entérites

A l'origine de l'arrêté préfectoral de vendredi interdisant la commercialisation des coquillages dans cette zone, une intoxication alimentaire de clients d'un grand restaurant, qui après avoir dégusté une huître chaude, ont été incommodés. Les analyses ont permis de remonter jusqu'à une entreprise ostréicole à Plouhinec où les coquillages ont été contaminés par le norovirus.

Trouver l'assainissement défectueux

Reste à trouver l'origine de la pollutions. Plusieurs sources possibles: des assainissements individuels non collectifs défectueux, des rejets sauvages, des installations non raccordées aux réseaux d'épuration ou encore des stations d'épuration insuffisamment efficaces. "Pour ce qui est de la station d'épuration, il n'y a pas eu de disfonctionnement au niveau de la SAUR à Plouhinec", précise Jean Mahéo. Pour lui, il faut aller vérifier les installations des maisons en bord de rivière pour voir si elles sont correctement raccordées ou pas du tout aux réseaux d'assainissement.

Plainte contre l'Etat : une première ?

Afin que les "choses bougent", les entreprises ostréicoles impactées et le syndicat des ostréiculteurs iront déposé plainte contre X et contre l'Etat, ce jeudi à 14h au greffe du tribunal de Lorient. Ces plaintes contre l'Etat pourraient être une première dans un tel dossier de pollution virale de l'eau.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mer sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter