300.000 surfeurs et 17,5 millions de chiffre d'affaires, l'économie du surf explose en Bretagne

Depuis une dizaine d'années, le surf est passé d'un sport confidentiel à une pratique de masse. Avec près de 300.000 pratiquants réguliers en Bretagne, l'économie locale profite de cet engouement.

Avec ses 2700 kilomètres de côtes, ainsi que les houles provoquées par l'océan Atlantique et la Manche, la Bretagne a tout pour séduire les surfeurs.

300.000 surfeurs dans la région

Et elle le fait, avec près de 300.000 pratiquants, la région est la deuxième à compter le plus de surfeurs en France, après la Nouvelle-Aquitaine. En France, le nombre de surfeurs est estimé à 1 million.

Ce sport confidentiel est désormais pratiqué en masse, et ce d'autant plus après le confinement.

Après le covid, beaucoup de participants se sont mis à surfer régulièrement. Ceux qui n'en faisaient que l'été en font maintenant toute l'année.

Didier Tirilly

Président de la ligue de Bretagne de surf

Des clients locaux et habitués qui n'hésitent pas sortir le chéquier pour leur sport préféré. En moyenne, il faut débourser 300€ pour se procurer du matériel d'occasion, un prix qui peut monter jusqu'à 900€ pour du neuf.

Du matériel entre 300 et 900€

Le marché asiatique a longtemps dominé le secteur des planches de surf, mais avec l'augmentation du coût des transports, les prix s'harmonisent, et les constructeurs européens sont désormais des concurrents sérieux dans ce marché.

Ce sport, considéré auparavant comme estival, attire désormais les surfeurs pendant toute l'année. Une conséquence des progrès techniques, depuis l'arrivée du surf en Bretagne dans les années 60.

Un sport qui s'étale sur toute l'année

Les combinaisons ont évolué et on peut surfer toute l'année. On vend des planches et des combinaisons même l'hiver. Tout le monde veut la part du gâteau. Forcément, ça attire les convoitises.

Cédric Briand

Propriétaire - Magasin Pichavant Surfing

Un véritable business qui profite évidemment aux écoles de surf, dont le nombre a doublé en 5 ans, mais aussi à l'économie locale.

Une économie de 17,5 millions d'euros

"Tous ceux qui viennent surfer pendant les vacances doivent se loger, manger. Cela crée forcément un nouveau pendant économique sur le territoire", constate Ronan Chatain, directeur technique de l'école de surf de Bretagne à La Torche.

À elle seule, l'économie du surf, c'est 17,5 millions d'euros et 167 emplois équivalents temps plein. Mais de nombreuses entreprises gravitent autour de cet univers.

Surf shop café, cours de yoga, kinés, ces nouvelles entreprises se concentrent souvent sur le bien-être et la protection de l'environnement. La folie du surf semble bien loin de se terminer.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bretagne
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité