Ploemeur : ancienne confectionneuse pour Chantelle, elle se lance dans la lingerie féminine “hors-normes”

Véronique Nicolas a lancé à Ploemeur sa marque "L'audacieuse lingerie". / © France 3 Bretagne
Véronique Nicolas a lancé à Ploemeur sa marque "L'audacieuse lingerie". / © France 3 Bretagne

Véronique Nicolas a confectionné durant 28 ans de la lingerie féminine pour l'entreprise Chantelle à Lanester, avant les licenciements de 2016. Depuis, elle a réussi à  lancer sa marque "L'Audacieuse lingerie" pour les "poitrines particulières", à Ploemeur dans le Morbihan. 

Par Lucas Hobé

"Je ne trouvais pas forcément les lingeries à ma taille, à ma morphologie assez ronde. Donc je me suis dit, si moi je ne trouve pas, d'autres personnes n'en trouvent pas" : voilà la raison qui a poussé Véronique Nicolas à lancer son entreprise à Ploemeur (Morbihan).

Un projet qu'elle a mis un an à développer, en investissant ses indemnités et en trouvant des financements. Avec pour aboutissement la marque "L'audacieuse lingerie".

Ses créations : des sous-vêtements pour des femmes "aux morphologies différentes de la norme" comme elle le dit, avec des tours de poitrine au-dessus du 120 jusqu’au 140 (du bonnet A au bonnet F) ou au contraire avec un tout petit tour (du 60 au 75).
Dans son entreprise de Ploemeur, Véronique Nicolas crée des sous-vêtements au cas par cas, en fonction des morphologies. / © France 3 Bretagne
Dans son entreprise de Ploemeur, Véronique Nicolas crée des sous-vêtements au cas par cas, en fonction des morphologies. / © France 3 Bretagne

"Je partais surtout sur de la lingerie pour des personnes comme moi, avec un tour de poitrine important. En discutant avec mes anciennes collègues et ma conseillère, ça manquait au niveau de la production de lingerie post-opératoire" détaille l'ancienne confectionneuse de Chantelle, qui conçoit des modèles au cas par cas. 

Une créatrice polyvalente

En s'appuyant sur ses 28 années d'expérience dans la confection de sous-vêtements, elle travaille seule sur toutes les étapes de fabrication : "les dessins, les patronages, la confection, la coupe et la vente" indique Véronique Nicolas, qui se frotte désormais au monde de l'entreprise. 

Les créations de la Bretonne, vendues essentiellement en ligne, sont pour l'instant destinées au marché français.

Le reportage de Philippe Beaugey et Stéphane Izad

Sur le même sujet

Les + Lus