Zoo de Pont-Scorff : pas de redressement judiciaire

© Tony Brierton / CC
© Tony Brierton / CC

Le tribunal de commerce de Lorient a rendu son jugement ce mardi. Le zoo de Pont-Scorff n'est pas placé en redressement judiciaire.

Par Baptiste Galmiche

Le tribunal de commerce de Lorient a tranché ce mardi matin : le zoo de Pont-Scorff n'est pas en cessation de paiements. Il n'y aura pas de redressement judiciaire. Véronique et Olivier, frère et sœur à la tête du parc animalier, vont pouvoir procéder à la cession à l'amiable évoquée vendredi dernier devant les juges, et ainsi céder les 70 % de parts qu'ils possédaient à un repreneur, Sauveur Ferrara, déjà propriétaire de zoos.

Vendredi 3 novembre dernier, la famille Thomas avait été entendue par les juges du tribunal de commerce de Lorient. Véronique, Olivier et leur mère Maguy, qui avait fondé le zoo avec son défunt mari, voulaient à tout prix éviter le scénario d'un redressement judiciaire, qui aurait été fatal à l'image du parc animalier. Lors de l'audience, ils avaient tenu à présenter aux juges un repreneur qu'ils jugeaient "fiable". L'avocat de la famille, Me Vincent Cornaud, assurait qu'il présentait "toutes les garanties".


Pas de redressement judiciaire


Tous les ingrédients étaient pourtant réunis pour que les juges prononcent le redressement judiciaire. La dette du parc animalier en 2017 atteint 30 % du chiffre d'affaires, lui-même en baisse de 15 % cette année.

Mais les garanties apportées par le repreneur ont visiblement convaincu les juges qui ont désormais clôturé le dossier Pont-Scorff. Le zoo peut donc fermer cette parenthèse judiciaire et reprendre le cours de son activité.

Sur le même sujet

Brest : sept ministres dont Édouard Philippe attendus ce vendredi

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne