Bois et forêt. 5000 embauches en Bretagne : des métiers d'avenir qui peinent encore à recruter

Publié le Mis à jour le
Écrit par Valérie Chopin .

La crise énergique et les incendies de l'été ont accentué l'intérêt pour les arbres et leurs différentes essences. Leur bois de chauffage intéresse, mais aussi leur rôle dans notre environnement. Bûcheron, élagueur, sylviculteur, plus de 5.000 embauches sont prévues en 2023 rien qu'en Bretagne.

"Il faut essayer de préserver un maximum le peuplement existant." Tronçonneuse à portée de main, Samuel Giner détaille son plan. Autour de lui, il faut sécuriser la zone de travail avant de tronçonner mais le taillis et les arbres non marqués d'une croix rouge doivent être épargnés.

Casque vissé sur la tête, le formateur poursuit : "On voit que là, juste derrière le pin maritime à abattre, il y a du bouleau..." Sans jeu de mot : l'abattage d'arbres ne s'improvise pas. C'est une des techniques de travaux forestiers que les dix élèves inscrits en "BP RCF" doivent acquérir cette année.



"Responsable de chantiers forestiers"

"BP RCF", cela signifie "brevet professionnel responsable de chantiers forestiers". La formation, financée par la Région Bretagne, est dispensée depuis huit ans sur le campus sciences et nature Le Gros Chêne de Pontivy.

Avec ce diplôme de niveau 4, on peut devenir conducteur de travaux, bûcheron, ouvrier qualifié en sylviculture ou débardage, garde forestier, chef d'équipe... ou même monter sa propre entreprise. "Les élèves ont en effet des cours de gestion financière et commerciale" explique Hélène Gandy, la directrice en charge de la formation continue et de l'apprentissage au sein de ce CFPPA.

En plus d'apprendre l'écosystème forestier, les stagiaires exercent durant huit mois, au centre ou en entreprise, l'art de l'abattage, de l'élagage, de la botanique ou encore de la sylviculture... "Ils passent 75% de leur temps en extérieur !" sourit la directrice pas peu fière de son 73% de taux de réussite en 2019. "Six mois après la formation, la grande majorité a trouvé un emploi et un quart est en création d'entreprise."

Débardage à cheval

Alicia fait partie des plus jeunes et des rares femmes de la promotion 2022-2023. Autour d'elles, beaucoup sont en reconversion professionnelle. Âgés de 19 à 46 ans, ses camarades de promo veulent pour certains devenir bûcheron, d'autres rêvent d'acheter et de gérer leur propre forêt. Elle souhaite plutôt se spécialiser dans le débardage à cheval.

"En milieu forestier, cela signifie utiliser le cheval pour faire ce qu'on appelle du "débusquage", c’est-à-dire sortir les bois de la zone de coupe et les amener jusqu'à une place de dépôt" explique la jeune femme de 25 ans déjà détentrice d'un bac pro en gestion des milieux naturels et de la faune.

Utiliser la traction animale (plus légère et moins consommatrice d'énergie fossile) plutôt que des engins mécaniques ? L'idée fait son chemin en forêt, comme dans le milieu agricole. 

Lire : Forêt en Bretagne. Superficie, types d'arbres, économie : les chiffres à connaître

5.000 embauches en 2023

"Quand on parle de forêt, beaucoup pensent bûcheronnage, mais il y a plein d'autres professions liées à la forêt !" rebondit le formateur responsable de chantiers forestiers Samuel Giner. L'élagage en est un, mais il y a aussi la sylviculture, le débardage, etc.

"La filière forêt-bois compte une trentaine de métiers très différents, elle est porteuse d'emplois d'avenir" surenchérit Anthonin Marchais, chargé de mission chez Fibois, l'association qui regroupe et fédère les douze interprofessions régionales de la filière.

Celle-ci compte près de 20.000 travailleurs en Bretagne, un chiffre qui a augmenté de 5,2% ces deux dernières années et vu le contexte, cela devrait continuer : "Plus de 5.000 embauches sont prévues en 2023 dans notre région" assure Fibois. "À l'heure où il est demandé aux Français de réduire leur consommation d'énergies fossiles et de leur préférer des matériaux plus respectueux de la planète comme le bois, le manque de main-d'œuvre est important" poursuit-il.

Reportage au CFPPA Le Gros Chêne de Pontivy, un des quatre centres bretons qui forme aux métiers du bois et de la forêt. ©J. Dubois, L. Bonis / France Télévisions

Même constat chez la fédération des entrepreneurs forestiers qui représente 120 entreprises en Bretagne. Chaque jour, elle dit recevoir une cinquantaine d’appels de professionnels qui peinent à embaucher.

Outre les quatre formations accessibles en Bretagne (à Loudéac, Lopérec, Hanvec et Pontivy) un site d'emploi pour professionnels et postulants vient d'être mis en ligne : www.metiers-foret-bois.org, un espace où les uns peuvent déposer leurs offres d'emploi, et les autres leurs CV.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité