• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

32e de finale de la Coupe de France : pas de miracle pour la GSI Pontivy face au PSG (4-0)

 Les parisiens célèbrent le but de Neymar / © Loic Venance AFP
Les parisiens célèbrent le but de Neymar / © Loic Venance AFP

C'était la rencontre attendue de ces 32e de finale de la Coupe de France. La GSI Pontivy recevait le PSG ce dimanche soir au stade du Moustoir à Lorient. Les stars, Mbappé et Neymar étaient bien au rendez-vous. Les Pontivyens ont vendu cher leur peau, mais le PSG s'impose par 4 buts à 0.

Par Stéphane Grammont

C'est parti pour la rencontre de ce 32e de finale de la Coupe de France entre la GSI Pontivy, qui reçoit le Paris Saint-Germain au stade du Moustoir à Lorient.
 

Les joueurs de la GSI Pontivy ont bien l'intention de jouer les contres à fond, et laisser le moins d'espace possible à Neymar.

Ce dernier sera à terre un nombre incalculable de fois, dès l'entame du match, qui voit tout de même le premier tir de la partie à la faveur de la GSI avec son attaquant Pierre-Charles.

Les occasions sont toutefois majoritairement parisiennes, et il faut un grand Daouda, le gardien de la GSI Pontivy, pour que le score reste vierge au quart d'heure de jeu.
 


Un but de Pontivy contre son camp pour ouvrir le score


Malheureusement les Parisiens ouvrent le score avec un but contre son camp de Sylvain Jule, revenu défendre sur un centre de Neymar, tombant sur le point de penalty, à la 24e minute.
Les joueurs de la GSI Pontivy continuent tout de même à pousser, se donnant même quelques occasions. Le score est toujours de 1 à 0 à la mi-temps.
 

Après 65 minutes, le score est toujours d'un but d'écart en faveur du Paris Saint-Germain. Les entraîneurs effectuent leurs premiers changements. Un peu plus tôt, Neymar avait pris un carton jaune, tandis que Daoudou repousse un peu plus tôt une frappe dangereuse du Brésilien. Clément Daoudou, l'ancien gardien de Granville montre tout son talent face aux assauts des Parisiens.
 


Un but de Neymar, un autre de M'Bappé


Neymar parvient toutefois à tromper Daoudou après un double une-deux, qui lui ouvre le but, et marque à la 70è minute son premier but de 2019.
 


A la 78è minute, M'Bappé bénéficie d'un penalty lors d'un dribble dans la surface de réparation. Il le transforme d'un contre-pied.
 
 

Draxler, souvent présent devant le but, finit par marquer le 4e but, décalé par Neymar, à la 87è minute.
 

Les joueurs de la GSI Pontivy, qui jouent à quatre divisions d'écart de la meilleur équipe de France, et parmi les meilleures d'Europe, n'ont pas à rougir d'une rencontre dont ils se souviendront.
 

Les réactions des joueurs et entraîneur

Mathis Person (capitaine de Pontivy), au micro de Eurosport 2 "On a de la déception quand même, parce qu'il y avait quand même des moyens, on a eu des occasions. C'est dur, parce qu'on a travaillé depuis deux/trois semaines, et depuis deux jours, on a travaillé physiquement. Après, on sait très bien, ils sont au-dessus. C'est une des meilleures équipes du monde. On peut avoir un peu de déception, parce qu'on est des compétiteurs, 4-0, ça fait mal. Pour le public, on aurait espéré faire mieux, mais après c'est comme ça."

Yannick Blanchard (entraîneur GSI Pontivy) :     "On a fait une première période très cohérente, mais le tournant du match c'est le but contre notre camp, très clairement. C'est comme ça, faut l'accepter. Ce qu'on avait fait jusqu'à cette minute-là, c'était très bien, on était en place, ils ne trouvaient pas de solutions, on arrivait à se projeter. À la mi-temps, j'ai dit d'essayer de tenir ce 1-0 pour être vivants le plus longtemps possible. Après, la fatigue accumulée tout au long du match a eu raison du physique de mes joueurs,
mais je pense qu'on peut être fier de l'image qu'on a donnée. On a été une équipe joueuse, on n'a pas fait que défendre, maintenant 4-0, c'est sévère, mais ça montre ce qu'on doit travailler, l'efficacité, le réalisme... Parce que ça se joue sur des détails, le haut niveau, et on a pris une leçon sur ce plan-là."


Kevin Rimané (PSG): "Un match à élimination directe, c'était important de le gagner. Et pour nous, même devant une équipe un peu plus modeste, c'était important de faire le job ce soir. On n'a repris l'entraînement que depuis quelques jours, et il faut féliciter l'équipe adverse parce qu'elle a été très courageuse."  
 

Sur le même sujet

Fougères. Rencontre avec la famille Gilets jaunes

Les + Lus