Un projet pour faciliter les congés des buralistes en Bretagne

Buraliste pendant plus de dix ans, le morbihannais Olivier Pellerin n'a pas souvent pris de vacances. Il vient de s'associer à une start-up nantaise pour créer une plateforme de remplacement des gérants de bureaux de tabac.

© MaxPPP

"Aujourd'hui quand vous voulez vendre votre fond de commerce, la première question que vous pose l'acheteur potentiel, c'est quels sont les jours de fermeture et les solutions pour se faire remplacer ". Olivier Pellerin connaît bien le problème. Buraliste pendant plus de 10 ans à Malestroit dans le Morbihan, il a rarement pu prendre des congés à sa convenance : "C'est toujours un peu galère, c'est le système D, le bouche à oreille. J'ai toujours réussi à trouver, mais pas toujours pour les dates ou la durée que je voulais."

Depuis la fin du mois de septembre, Olivier Pellerin a vendu son commerce, et l'idée est née de trouver le moyen de mettre en relation gérants en mal de vacances et remplaçants potentiels. Il découvre alors Téodym, une plateforme de remplacement destinées aux hôteliers, créée à Nantes il y a trois ans.

Une plateforme de remplacement dédiée aux buralistes en construction

Entré en relation avec Rémi Boulanger, le co-fondateur de Téodym, Olivier Pellerin travaille aujourd'hui à l'élaboration d'une plateforme dédiée aux buralistes. L'idée est simple : mettre en relation les offres et demandes de remplacement, avec les spécificités que revêtent ces commerces. La vente de tabac nécessite une formation spécifique dispensée par le service des Douanes, et la vente de tickets de la Française des jeux, du PMU, de la presse ou des cartes grises exigent chacun une formation dédiée. 

"Dans l'idéal, il vaut mieux être un ancien buraliste pour être remplaçant" précise Olivier Pellerin.


Une idée qui séduit

Depuis qu'il a entamé ses démarches, Olivier Pellerin a contacté plus de 300 gérants de bureaux de tabacs et fournisseurs de la région Bretagne, et neuf sur dix sont favorables à son idée.  Une idée qui séduit même au-delà de ce secteur d'activité. Charcutiers, opticiens, épiciers, tous les commerçants peinent à trouver des remplaçants pendant leur congés. 

"Etre commerçant c'est très contraignant parce que vous faites beaucoup d'heures, mais si vous fermez pendant vos congés votre trésorerie en prend un coup. Je suis sûr que l'avenir du petit commerce passe par ce système de remplacement, beaucoup plus facile et rapide" affirme Olivier Pellerin.

La plateforme dédiée aux remplacements des buralistes devrait être en ligne d'ici la fin du premier trimestre 2021. D'ici là, aspirants vacanciers et remplaçants potentiels peuvent se faire connaître auprès de la plateforme Téodym par mail.


 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie innovation emploi