• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Quiberon: nouvelle mobilisation des vacanciers contre le projet de camping 5 étoiles

Vendredi 2 août, les opposants à la transformation du camping manifestent dans les rues de Quiberon / © F.Van Wymeersch du collectif des opposants au projet
Vendredi 2 août, les opposants à la transformation du camping manifestent dans les rues de Quiberon / © F.Van Wymeersch du collectif des opposants au projet

Les habitués du camping municipal du Goviro à Quiberon et leurs soutiens manifestent pour la troisième fois dans les rues de la ville contre le projet de transformation du camping 2 étoiles en camping 5 étoiles.

Par Maylen Villaverde


Le rendez-vous était donné à 11h au niveau de la gare maritime de Quiberon ce vendredi 2 août. Ils sont une centaine à avoir répondu à l'appel. C'est la troisième fois que les usagers du camping minicipal du Goviron se mobilisent contre le projet de la municipalité de transformer le site en camping 5 étoiles.

Ces habitués ne veulent pas que le camping municipal devienne un camping de luxe qui pratiquera des tarifs bien supérieurs aux prix actuels. Ils redoutent que les plus modestes soient de ce fait exclus.


Transformer un camping insalubre en outil de redynamisation du centre-ville


Pour la municipalité la transformation du camping est inévitable. "Le camping du Goviro est à la limite de l'insalubrité. Aucun investissement n'y a été réalisé pendant des années" explique le maire. "Nous avions deux possibilités. Soit nous refaisons le camping à l'identique et cela nous coûtait 1,5 à 2 millions d'euros pour un camping qui n'ouvre que deux mois par an. Soit nous passions par une délégation de service qui le moderniser et le transformer en camping 5 étoiles ouvert 6 à 7 mois dans l'année". Le choix  a été fait. Bernard Hilliet estime aussi que le camping 5 étoiles ouvert au moins 6 mois par an permettra de faire vivre les commerçants du centre-ville plus longtemps :"le centre-ville manque de flux de personnes. L'été les commerçants tirent leur épingle du jeu mais le reste de l'année il n'y a pas grand chose. Une dizaine de commerces a fermé ces dix dernières années. Avec un camping ouvert 6 mois dans l'année nous espérons avoir davantage de flux".
 

Des campings qui rapportent 320 000 euros par an

Anne-Sophie Alléaume opposante au projet réfute les arguments économiques de la municipalité: "au début la mairie disait que le camping n'était pas rentable mais nous avons trouvé des chiffres qui prouvent le contraire. Les 3 sites de Goviro, du camping de Kerné et de l'aire de camping-car de Kerné ont rapporté 320 000 euros à la municipalité en 2018 et les bénéfices ont été affectés à l'aérodrome pour 244 000 euros et au cinéma pour 76 000 euros. Pourquoi fermer si le camping est excédentaire ? " interroge cette vacancière.

L'équipe minicipale rétorque que les opposants font certaines confusions dans leur lecture des chiffres. "Les investissements de 40 000 euros effectués sur 2018 et 2019 pour de nouvelles chaudières n'apparaissent pas par exemple" explique le directeur des services, Jérôme Bourserie.
 

La recherche d'un consensus


Bernard Hilliet affiche sa volonté de trouver un consensus. "J'ai déjà reçu une délégation à deux reprises. Nous proposons d'aménager le camping de Kerné en concertation avec les usagers du Goviro". La municipalité ne veut en aucun cas se priver de ces habitués de Quiberon et souhaite les convaincre qu'ils trouveront leur bonheur dans d'autres campings de la ville et de la presqu'île. "On veut garder cette clientèle qui vient parfois ici depuis 30 ans. C'est pourquoi nous leur proposons de s'intéresser aux 5 autres campings 2 étoiles qui sont ouverts sur Quiberon et Saint-Pierre Quiberon" . "Nous comprenons les habitudes mais la décision de transformer le camping de Goviro a été prise il y a 3 ans et votée à 19 voix pour, 2 abstentions et 5 contres" rappelle le maire. 

Les travaux devraient commencer dans les mois qui viennent.

Les opposants ont lancé une pétition qui a collecté à ce jour 1542 signatures. Ils envisagent de défiler tous les vendredis pour être entendus par la municipalité.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'Emmanuel Ethis, recteur de l'académie de Rennes

Les + Lus