Sale temps pour la pêche à pied en Morbihan

Pêche à pied à Gâvres / © AFP - V. Hache
Pêche à pied à Gâvres / © AFP - V. Hache

La mauvaise qualité des eaux littorales a poussé la préfecture du Morbihan à étendre les interdictions de pêche aux coquillages, ce jeudi 6 juin.  En cause: la concentration de toxines lipophiles.

Par Myriam Thiébaut


Des toxines obligent à fermer la pêche aux coquillages sur une bonne partie du littoral morbihannais. Ces toxines lipophiles sont susceptibles de provoquer des diarrhées aigues chez les consommateurs de coquillages. Elles sont produites par un phytoplancton, le Dinophysis.
C'est en 1983 que les premiers pics de concentration de ces toxines sont apparues en Bretagne Sud, d'après l'IFREMER.

L'interdiction de pêcher les coquillages s'étend sur une large partie du littoral morbihannais. En petite mer de Gâvres, aucun coquillage n'est plus autorisé à la pêche.
 
Arrêté préfectoral du 6 juin 2019 / © DR
Arrêté préfectoral du 6 juin 2019 / © DR
En rivière de Pénerf, seules les huîtres et les palourdes peuvent être prélevées. Les îles ne sont pas épargnées: aucun coquillage, en dehors des vernis, ne peut être pêché à Belle-Ile, Houat, Hoëdic et Groix. Pour ces zones, une interdiction avait déjà été prononcée le 29 mai dernier. 
 
 
L'arrêté préfectoral du 6 juin 2019 étend à la petite mer de Gâvres les restrictions liées à la pollution des toxines. Si le phytoplancton Dinophysis est naturel, sa reproduction excessive ne l'est pas.

Le week-end de la Pentecôte approche et les vacanciers devront trouver une autre activité sur le littoral.
 

Sur le même sujet

Les + Lus