• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

“Transat dans un Fauteuil” : Jean d'Artigues arrivé en Martinique

© DR
© DR

En octobre dernier, Jean d'Artigues s'était lancé dans la folle aventure de rejoindre la Martinique depuis la Trinité-sur-Mer... en fauteuil roulant. Atteint de la maladie de Charcot, il voulait mettre en lumière cette pathologie. Il est arrivé à bon port ce samedi.

Par Baptiste Galmiche

Après six semaines à naviguer sur l'océan Atlantique, voilà le Vannetais de nouveau sur la terre ferme.
Jean d'Artigues, chef d'entreprise atteint de la maladie neurodégénérative de Charcot, avait embarqué, en octobre dernier, à bord d'un catamaran, accompagné de trois marins soignants et de deux skippers. Une traversée depuis la Trinité-sur-Mer rendue possible grâce aux 56 000 euros donnés par 335 donateurs.

"Je réalise, depuis le 8 octobre, mon rêve : traverser l'Atlantique en Catamaran de série aménagé a minima, une 'transat dans un fauteuil'. Le parcours nous a conduits au Portugal, à Madère, les Canaries, le Cap vert et [...] jusqu'à Fort-de-France... Environ 8000 kilomètres sur l'eau !", se réjouit Jean.

En octobre dernier, une équipe de France 3 Bretagne l'avait rencontré le jour du départ.

"Pourquoi partir ?"

Depuis quelque temps, l'état de Jean s'est aggravé. "Après 5 ans de maladie, mon organisme s'est considérablement fragilisé et je n'ai pu sauver que mes mains de la paralysie (pour l'instant...) [...] L'immobilité prolongée a entraîné des complications multiples : dermatologiques, squelettiques, urinaires, intestinales, respiratoires, musculaires, etc.", écrit-il sur son blog.

"Sur terre, ma vie est déjà difficile. Alors, pourquoi partir ?", s'interroge Jean. Pour répondre, il cite Paulo Coehlo, romancier brésilien : "Vous pensez que l’aventure est dangereuse ? Essayez la routine... Elle est mortelle !"

Transat dans un Fauteuil : "pas mon dernier défi"

Ce projet, nourri d'envie et de courage, a également permis de mettre au jour une pathologie peu connue et incurable, la maladie de Charcot. La traversée de l'Atlantique est terminée, mais l'engagement de Jean d'Artigues pour la recherche scientifique se poursuit, notamment auprès de l'Association pour la Recherche sur la Sclérose Latérale Amyotrophique (ARSLA).

"La Transat dans un Fauteuil n'est pas mon dernier défi, écrit-il. Aidez-moi à collecter 50 000 euros afin de permettre à l'ARSLA de renforcer ses actions !" Les dons pourront permettre à un malade de bénéficier de conseils de spécialistes, d'être livré à domicile, voire de financer une journée de travail d'un chercheur pour un projet de recherche.

Le retour en métropole est prévu le 5 décembre prochain... par avion, cette fois.


À consulter :

Sur le même sujet

Douarnenez, la plage du Ris interdite à la baignade

Les + Lus