• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les Dumard, père et fille, se lancent à l'assaut du mythique passage du Nord-Ouest, à la voile

Clara et son père Christian sur "Happy Trip" leur monocoque d'une dizaine de mètres, avant leur tentative de franchissement du passage du Nord-Ouest / © France 3 Bretagne - S. Izad
Clara et son père Christian sur "Happy Trip" leur monocoque d'une dizaine de mètres, avant leur tentative de franchissement du passage du Nord-Ouest / © France 3 Bretagne - S. Izad

Slalomer entre les plaques de glace pour rejoindre l'Alaska en partant du Groenland : à 25 ans, Clara Dumard va tenter de franchir le passage du Nord-Ouest avec son père à bord d'un voilier, sans moteur, une route pouvant devenir plus difficile avec le dérèglement climatique.

Par T.P. avec AFP


À l'été dernier, cette jeune bretonne avait déjà essayé de relier le Groenland au détroit de Béring, sans succès. "Le passage était resté bouché, personne n'est passé", y compris les brise-glaces, explique Clara, étudiante en pharmacie et qui devrait intégrer une école de commerce parisienne. 
En cause, le réchauffement climatique, qui ne rend pas le passage plus aisé, contrairement à ce que l'on pourrait imaginer: "la glace avait tellement fondu au Nord qu'elle a dérivé, d'énormes plaques de glace ont décroché, puis dérivé, et ont bouché les petits chenaux...", relate Clara.
 

Une première

Mais pas question d'abandonner alors qu'elle souhaite devenir la première à réaliser le passage du Nord-Ouest, sans moteur, sans escale et sans assistance. Un virus du grand Nord que lui a légué son père Christian, 57 ans. Adolescent, alors qu'il vit sur un bateau, il se passionne des récits à la radio du navigateur Willy de Roos (1923-2008), premier plaisancier à avoir passé le passage du Nord-Ouest en 1977. 

Jeune père, participant à la Coupe de l'America, Christian Dumard promet à sa fille de faire le tour du monde "pôle à pôle". Le temps passant, le projet s'enlise 
jusqu'à ce que Clara, qui retrouve le goût de la voile à l'université, lui demande un jour s'il est prêt à l'accompagner pour franchir le passage du Nord-Ouest. 

"On a vu ses enfants grandir et puis un jour on se retrouve invité par sa fille! Les rôles se sont inversés et c'est super", reconnaît-il, ému.
 

"Confiance totale"

Sur le "Happy trip", un Sun Fast 37 en fibre de verre d'une dizaine de mètres, Clara pourra bénéficier de l'expérience de son père. Il est l'un des rares routeurs professionnels, qui aide des skippers comme Francis Joyon ou Thomas Coville à prendre les bonnes options de course en fonction de la météo. Cette connaissance des cartes et de la météo d'autant plus appréciable qu'il faudra naviguer "dans l'un des endroits les plus hostiles de la planète", comme le confie Clara. À peine 2,5% de la région est cartographiée et il y a un risque quasi permanent de heurter un morceau de banquise dans un dédale d'îles. 

"Lors d'une transatlantique, on peut descendre, se faire un café et ressortir, là c'est impossible ! Il faut être hyper vigilants, on doit avoir le nez sur la cartographie, regarder la glace..." explique Christian.

Le père voit tout l'avantage qu'il y a de s'embarquer dans cette aventure avec sa fille. "On a une confiance totale l'un dans l'autre, c'est vraiment important.
Car quand on est dans des zones peu cartographiées, avec de la glace, pour bien dormir, il faut avoir confiance en celui qui est sur le pont...
".

Après un départ prévu ce jeudi 4 juillet, le "Happy trip" doit d'abord rejoindre le Groenland. Les choses sérieuses doivent débuter après une halte à Nuuk, la capitale du Groenland, vers le 4 août : le "Happy trip", qui sera équipé d'une boite noire pour homologuer le record, pourrait mettre cinq semaines à rejoindre Nome, première ville canadienne après le détroit de Béring.

"Je suis assez optimiste, mais on saura vraiment début août si la situation est meilleure que l'an dernier", explique Christian, rappelant qu'environ 260 bateaux
(pétroliers, brise-glace...) ont franchi le passage du Nord-Ouest et vaincu l'Arctique canadien depuis l'explorateur Roald Amundsen en 1905.

Pour suivre leur aventure, leur page Facebook, Challenge Fondation de la Mer - Northwest Passage
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'Emmanuel Ethis, recteur de l'académie de Rennes

Les + Lus