Dans la semaine du Golfe, Muscadets, Cognac et Armagnacs sont à flot

Publié le Mis à jour le

Parmi les milliers de bateaux qui sillonnent la "petite mer", le golfe du Morbihan, les Corsaires, Mousquetaires ou autres Muscadets, qui ont fait les premières heures de l'école des Glénan, dans les années 60 et 70, et le bonheur de plusieurs générations de propriétaires.

Dessinés par Herbulot ou Harlé, deux architectes naval qui ont lancé la construction, moins coûteuse, en contre-plaqué, ces voiliers à bouchain sont marins, tolérants et robustes. Ces Corsaires, Mousquetaires, Muscadets ou autres Cognacs ont permis, dans les années 60 et 70, de démocratiser la voile.

Aujourd'hui encore, il est rare de ne pas voir l'un de ces représentants de cette classe dans un port de plaisance. Ils sont fréquemment le premier voilier, pour petits budgets, d'une longue série.

"Il n'y a pas tellement cet esprit de compétition ou de régate entre les équipages" témoigne Laure, l'équipière du Sahaba, "c'est plutôt l'amour de la navigation qui résume l'esprit de la classe".
 
Une classe forte de dizaine de Muscadets, et autant de Corsaires et Mousquetaires dans cette semaine du Golfe.