Cet article date de plus de 5 ans

Vannes: les 18 et 112 en grève

A Vannes (56), des opérateurs de la plateforme d'appels d’urgence, 18 et 112, du Service départemental d’incendie et de secours sont en grève depuis vendredi. Ils demandent à changer de statut.
Un centre d'appels d'urgence (Illustration). A Vannes, les personnes, qui répondent sont des agents administratifs territoriaux, supervisés par un pompier professionnel.
Un centre d'appels d'urgence (Illustration). A Vannes, les personnes, qui répondent sont des agents administratifs territoriaux, supervisés par un pompier professionnel. © IP3 PRESS/MAXPPP
Ce sont eux, qui répondent, lorsque vous appelez le 18 ou le 112. A Vannes, trente opérateurs travaillent au centre d'appels d'urgence du Sdis, le Service départemental d'incendie te de secours. Ce ne sont pas des pompiers mais des agents administratifs territoriaux, sous contrat donc avec le département du Morbihan. 
24h/24, un pompier professionnel, chef de salle, les supervise.

Revalorisation des salaires

En plus de leurs horaires habituels, ces opérateurs sont contraints à 300 heures d'astreinte par an.
C'est l'un des arguments avancés par les personnels en grève depuis vendredi 29 janvier. Ils demandent à passer sous le statut de personnel technique. Cela supposerait notamment une revalorisation des salaires.

durée de la vidéo: 01 min 49
grève centre d'appels 18 et 112 à Vannes ©France 3 Bretagne

Les 112 et 18 répondent toujours

Pour l'heure, le mouvement social ne perturbe pas le traitement des appels d'urgence. 



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie sécurité société