• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Pas de conciliation aux prud'hommes dans le bras de fer qui oppose Ben Arfa au PSG

L'attaquant rennais Hatem Ben Arfa, opposé au défenseur parisien Thilo Kehrer lors du match de Ligue 1 opposant le PSG au Stade rennais au Parc des Prince - 27/01/2019 / © AFP - F. Fife
L'attaquant rennais Hatem Ben Arfa, opposé au défenseur parisien Thilo Kehrer lors du match de Ligue 1 opposant le PSG au Stade rennais au Parc des Prince - 27/01/2019 / © AFP - F. Fife

Ce lundi, le bureau de conciliation du conseil de prud'hommes de Paris examinait le litige entre le PSG et Hatem Ben Arfa. L'ancien Parisien, actuel joueur du Stade rennais, conteste une mise à l'écart d'un an pour des raisons extra-sportives. Il réclame entre 7 et 8 millions d'euros d'indemnités.

Par T.P. avec AFP


L'accord nécessaire entre les représentants respectifs du Paris Saint-Germain et d'Hatem Ben Arfa pour metttre fin à la procédure engagé par le joueur à l'encontre de son ancien club, n'a pas été trouvé ce lundi 8 avril lors de l'audience qui s'est tenu au conseil de de prud'hommes de Paris. Le joueur était absent de cette audience privée qui a duré moins d'une demi-heure. L'affaire sera donc jugée lors d'une audience publique le 16 octobre 2019.

Selon Jean-Jacques Bertrand, avocat d'Hatem Ben Arfa, interrogé par l'Equipe, "on est déjà passé devant la Ligue et on savait a priori qu'il n'y avait pas d'offre de la part du PSG, ce qui a été le cas (...) Donc le conseil renvoie les deux parties à échanger leurs conclusions et leurs pièces, ce qui est tout à fait normal, et a fixé une date de plaidoiries au 16 octobre prochain. Le jugement sera rendu pour la fin de l'année, ce qui est un délai tout à fait raisonnable, la demande ayant été introduite il y a à peine deux mois."


Les raisons du litige

L'attaquant du Stade rennais, Hatem Ben Arfa, 32 ans, reproche au PSG, son ancien club, de l'avoir mis à l'écart pour des raisons extra-sportives entre avril 2017, date de son dernier match avec le PSG, et la fin de son contrat à l'été 2018.

L'international français (15 sélections) réclame entre 7 et 8 millions d'euros d'indemnités pour le préjudice subi, une somme qui correspond à des primes d'éthique et de matches non versées. "Ça a été une grosse épreuve", a déclaré Ben Arfa, dans un entretien diffusé lundi dans l'émission "Tout le sport" sur France 3. "Je n'étais pas préparé à vivre ça, c'est hors du commun dans le monde du football, d'être (mis) au placard", a-t-il dit.
    
Arrivé de Nice en 2016, Ben Arfa a joué son dernier match sous les couleurs parisiennes le 5 avril 2017, réalisant un doublé et une passe décisive face à Avranches (4-0) en Coupe de France. D'après le Journal du Dimanche, la direction du PSG n'aurait pas apprécié qu'il se plaigne directement auprès de l'émir du Qatar, propriétaire du club, d'un manque de communication avec le président Nasser Al-Khelaïfi, présent lors de l'échange.

Ben Arfa est allé au bout de son contrat à l'été 2018, sans jouer, avant de signer libre à Rennes en début de saison. Avec son nouveau club, il défiera d'ailleurs le PSG le 27 avril en finale de la Coupe de France.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Inauguration centrale solaire à Baud

Les + Lus