• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Toujours plus de prévention pour tenir éloignée la peste porcine africaine

Illustration / © AFP - J. Saget
Illustration / © AFP - J. Saget

Depuis que la peste porcine africaine est arrivée en Belgique, en Bretagne, les services de l’État et les professionnels du monde agricole sont mobilisés pour éviter l’introduction et la propagation de cette maladie sur le territoire.

Par Sylvaine Salliou

En Belgique, il apparaît que 104 animaux ont été contrôlés "positifs", autrement dit 104 sangliers infectés par le virus de la peste porcine africaine. Le nombre de sangliers malades continuent donc d'augmenter. Des clôtures devraient être installées dès lundi. Les recherches pour retrouver les carcasses d’animaux tués par ce virus vont aussi s’intensifier la semaine prochaine avec l’arrivée d’un détachement de 20 militaires qui s’ajouteront aux agents des forêts, aux chasseurs et propriétaires de territoire de chasse qui sont à l’œuvre sur cet immense territoire de 63.000 ha, dont la moitié de forêts.

En Bretagne, où sont élevés la plupart des porcs français, le conseil régional de la politique sanitaire animale et végétale s'est réuni le 17 octobre.  Cette assemblée est composée des représentants des collectivités territoriales, des organisations professionnelles agricoles, de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), des fédérations de chasse, des vétérinaires, des laboratoires d’analyses et de l’administration et du préfet. L'objectif était de rappeler toutes les actions déployées en Bretagne en terme de prévention et de surveillance.
 

 

Prévention

Côté prévention, pour éviter l’introduction du virus, il s'agit de sensibiliser le public et les différents acteurs professionnels au travers d’action de communication et diffusion de supports techniques.


Ainsi, il est rappelé les principes suivants :
- limiter au strict nécessaire les interventions en élevage de porcs et de sangliers, les réserver aux professionnels,
- respecter strictement les modalités de nettoyage et désinfection des véhicules assurant le transport d’animaux vivants sensibles
- ne pas jeter les restes de repas en dehors de poubelles prévues à cet effet et fermées, lors des activités plein air et sur les aires de repos du réseau auto routier
 - en cas de découverte d’un sanglier mort, il est impératif de ne pas toucher l’animal, de repérer précisément son emplacement, et d’informer dès que possible l’office national de la chasse et de la faune sauvage ou la fédération de chasse, de votre département : sd22@oncfs.gouv.fr ou fdc22@wanado.fr ;
sd29@oncfs.gouv.fr ou federation.chasseurs29@fdc29.com ;  sd35@oncfs.gouv.fr ou fdc35@fdc35.co ; sd56@oncfs.gouv.fr ou contact@fdc56.fr.
 
Côté surveillance, il s'agit de rappeler les critères de signalement d’une suspicion en élevage et dans la faune sauvage.

La peste porcine africaine constitue une menace majeure pour les élevages français. Il s’agit d’une maladie strictement animale, sans danger pour l’homme, qui ne touche que les suidés (porcs domestiques et sangliers) chez lesquels elle entraîne de fortes mortalités. Il n’existe ni vaccin, ni traitement contre cette maladie hémorragique hautement contagieuse.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

L'histoire du football féminin

Les + Lus