Cet article date de plus de 4 ans

Porc : la Lampaulaise de salaisons déjà confiée à la Cooperl

Le tribunal de commerce de Paris décidera le 29 mai de l'avenir de la Lampaulaise de salaisons. En attendant, la gestion des deux usines de Lampaul-Guimillau et Ergué-Gabéric a déjà été confiée à la Cooperl, le numéro un du porc en France basé à Lamballe (22), sous la forme de location-gérance.

L'avenir de la Lampaulaise de salaisons, à Lampaul-Guimillau et Ergué-Gabéric, se jouera à la fin du mois.

Le rachat de la Lampaulaise de salaisons examiné le 29 mai


Les deux sites, qui font travailler 610 personnes dans le Finistère, seront vraisemblablement rachetés par la Cooperl. C'est le tribunal de commerce de Paris qui le décidera le 29 mai prochain. En attendant, et parce qu'il y avait urgence, la gestion des deux usines a d'ores et déjà été confiée à la coopérative de Lamballe sous la forme de location-gérance.


durée de la vidéo: 01 min 50
Porc : la Lampaulaise de salaisons déjà confiée à la Cooperl ©France 3 Bretagne

Procédure accélérée


C'est une procédure accélérée. Dès la fin du mois, le tribunal de commerce de Paris devrait entériner la cession du pôle charcuterie de la Financière Turenne-Lafayette, maison mère de William Saurin, à la Cooperl. Une vente qui fait suite à la découverte des comptes truqués par la dirigeante du groupe.


La Cooperl s'engage à maintenir l'emploi


Avant même d'en être propriétaire, la Cooperl assure la gestion, notamment des usines finistériennes. Dans son offre, la Cooperl s'engage à maintenir les emplois finistériens pour les deux années à venir. 610 salariés répartis entre Lampaul-Guimiliau et Ergué-Gabéric.


Des discussions se poursuivent


Par ailleurs, la direction confirme que des discussions se poursuivent concernant les autres pôles du groupe, c'est-à-dire les plats cuisinés et en conserves et les produits traiteurs frais, qui font l'objet "de premières offres encore en cours de précision et de discussions".

Trucage des comptes


FTL, groupe très connu pour ses marques grand public comme William Saurin, Garbit, ou Paul Prédault, a frôlé la disparition en 2016 après la découverte du trucage de ses comptes, révélé par un audit mis en oeuvre peu après le décès de la dirigeante du groupe, Monique Piffaut, fin novembre 2016.
L'offre du groupe coopératif Cooperl, qui réalise un chiffre d'affaires annuel de 2 milliards d'euros et abat 5 millions de porcs par an, porte sur une partie très importante de l'activité du groupe FTL, et 1.600 de ses 3.200 salariés.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agro-alimentaire agriculture économie emploi entreprises