Cet article date de plus de 5 ans

Régionales en Bretagne: la langue bretonne

Environ 200 000 personnes parlent le breton en Bretagne. Pour pallier la disparition des anciennes générations brittophones, le Conseil régional a mis en place une politique linguistique. Ainsi la Région soutient la formation des enseignants du breton même si l'éducation n'est pas de sa compétence.
Des milliers de brittophones de naissance disparaissent chaque année. À l'autre bout de la vie, les enfants voient leurs chances s'amincir d'apprendre le breton en famille dés la naissance. Pourtant le bilinguisme précoce peut commencer dès la crèche grâce à l'association Divskouarn ("deux oreilles" en français") qui coordonne des interventions en direction de la petite enfance avec l'aide de la Région Bretagne. A la rentrée 2015 on compte 16 345 enfants scolarisés dans les filières bilingues.

Des formations pour les enseignants brittophones

L'éducation n'est pas une compétence du Conseil Régional mais il a bien compris que l'un des obstacles au développement des filières bilingues est le manque d'enseignants bretonnants. La Région Bretagne aide donc les personnes qui se destinent à l'enseignement à parfaire leur connaissance du breton.
Chaque année environ 300 adultes dont une majorité de demandeurs d'emploi apprennent la langue dans différents centres de formation grâce à des aides de la Région Bretagne. 80% d'entre eux trouvent un travail grâce à cette formation linguistique.

Le Conseil Régional de Bretagne aide aussi l'édition, les radios associatives et les activités périscolaires en breton et en gallo. La Région cofinance aussi avec l'Etat et les départements bretons l'Office public de la langue bretonne, un outil de redynamisation de la langue dans la vie publique.

Un enjeu consensuel en Bretagne

Si la récente convention État-Région sur l'avenir de la langue a déclenché de vives critiques, c'est à cause des freins de l'État sur différents dossiers en particulier sur le déblocage des seuils d'ouverture de classe et les moyens des Universités. Globalement elle n'est pas très ambitieuse. Les objectifs de scolarisation bilingue pour 2020 restent à hauteur de ceux de 2010.
Le rejet en octobre dernier par le Sénat du projet de loi de ratification de la Charte européenne des langues régionales a beaucoup déçu les élus bretons de tous bords. A Paris, ce sont essentiellement des sénateurs du parti Les Républicains qui ont bloqué cette ratification.

Dans l'hémicycle du Conseil Régional de Bretagne, la politique linguistique de la Région est largement soutenue, même si certains élus en espéraient beaucoup plus.


Le reportage de Muriel Le Morvan, Ivan Frohberg-Glevarec et Benoît Thibaut

à Auray (56), Le Faouet (56) et Carhaix (29)
durée de la vidéo: 02 min 35
Régionales 2015 : la langue bretonne

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique culture bretonne culture régionale culture élections