A Rennes et Brest, des restaurants offrent un avenir à des migrants

L'opération se déroule à Rennes, mais aussi à Brest, où une vingtaine de restaurants ont ouvert leurs cuisines à des migrants, en stage pour quelques semaines. Avec un avenir à la clé.
Raja et Bakri se forment aux métiers de la restauration, après avoir fui leur pays en guerre
Raja et Bakri se forment aux métiers de la restauration, après avoir fui leur pays en guerre © F3
Couper du beurre, travailler des légumes qu'elle n'a jamais vu au Soudan, son pays d'origine, malgré la barrière de la langue, Raja, 25 ans, s'épanouit dans la cuisine du restaurant Les Grands gamins , où elle se verrait bien rester. 

Son employeur ne dit pas non, pourvu qu'un poste se libère. "Elle a tout de suite trouvé sa place, pris des initiatives et a été à l’écoute de ce qu’on lui a demandé, donc cela a été très facile de l’intégrer" confirme Matthieu Horeau, le gérant. 

La relation entre Raja et Matthieu est le fruit d'un dispositif "gagnant-gagnant" initié par l'Office de l'Immigration. Il propose au secteur de la restauration, en manque de main-d'œuvre, d'embaucher pour un stage de trois semaines des réfugiés, en manque d'emploi. 
 
durée de la vidéo: 01 min 51
Rennes: quand restauration rime avec insertion des migrants


"Il y a beaucoup de besoins de main-d’œuvre dans nos métiers, n'auront aucun mal à trouver un emploi" estime François De Pana, le Vice-président UMIH 35, "ou peut-être que par le biais de la formation continue, ils continueront à se former, mais en tout cas, ils ont un réel avenir et la restauration est encore un ascenseur social".

Au printemps, on en saura plus sur l'avenir de ces stagiaires. Si l'expérience se révèle efficace et que les crédits pour la formation sont accordés, le dispositif pourrait être renouvelé et étendu à toute la France.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration