Rennes : fin du conflit à La Poste

Les salariés de La Poste au lendemain de la signature du protocole de sortie de grève / © Thierry Bréhier / France 3 Rennes
Les salariés de La Poste au lendemain de la signature du protocole de sortie de grève / © Thierry Bréhier / France 3 Rennes

Après plus de 4 mois de grève le collectif des postiers du bureau de Rennes-Crimée a signé ce jeudi à 20 heures un protocole de reprise du travail pour mercredi prochain.

Par Marc-André Mouchère

C'est la CGT qui a signé ce protocole au nom du Collectif des grèvistes. Un accord qui met fin à une grève commencée le 9 janvier dernier. Selon Arnaud Bordier, secrétaire départemental adjoint de Sud-PTT, la direction de la poste n'a admis que la CGT comme interloccuteur parce que cette organisation avait posé un préavis de grève uniquement sur ce bureau de Rennes-Crimée alors que Sud-PTT avait déposé des avis départementaux. Le Collectif des grèvistes a donc mandaté la CGT pour ne pas rompre le dialogue.


Les points forts du protocole de sortie de grève

En janvier 2018 le bureau de Rennes Crimée devait subir la restructuration suivante :
  • changement du régime de travail avec une tournée le matin et une autre l'après-midi avec une "pause méridienne"
  • suppression de 6 tournées sur les 28 du bureau de Crimée
Rappelons que cette pause méridienne oblige les facteurs à faire une pause repas (à leur frais) de 45 minutes non payée pour reprendre une nouvelle tournée l'après-midi alors que jusque-là ils trient eux-mêmes leur tournée tôt le matin, font leur tournée souvent à vélo et rentrent manger chez eux en début d'après midi. La direction commence aussi à introduire un système de "tournées sacoches" : la tournée n'est alors plus triée par le facteur qui fait la distribution. A la place il a deux tournées à faire: matin et après-midi, vécue comme une double journée de travail. Cette "tournée-sacoche change aussi complètement l'équilibre vie professionnelle/vie privée. 

Le protocole qui vient d'être signé acte que la restructuration n'aura lieu qu'en janvier 2019 : 
  • Seulement 4 tournées passeront au nouveau régime de travail avec "pause méridienne"
  • Les autres pourront continuer de faire une journée continue (tôt le matin jusqu'à la mi-journée)
  • suppression de 4 tournées au lieu de 6 (suppressions d'emplois)
  • déprécarisation 5 CDD passeront en CDI sur la "plaque rennaise"


Une expertise du TGI sur quatre mois

En parralèle de ce protocole le Tribunal de Grande Instance a mandaté une expertise sur le régime de travail du bureau de Rennes-Crimée.
Cette expertise étudiera la situation actuelle et évaluera le nouveau projet d'organisation de la Poste sur le plan des conditions de travail (fatigue et pénibilité, déséquilibre entre vie professionnelle et vie privée). Cette expertise étudiera aussi les conséquences pour les usagers qui recevront leurs courriers l'après midi au lieu du matin et conséquence sur l'activité et les performances économiques de La Poste.
Suite à cette expertise, il y aura peut-etre d'autres aménagements des organisations et conditions de travail avant l'exécution du nouveau protocole de travail au 1er janvier 2019.

"Tous les problèmes ne sont pas réglés" ajoute Arnaud Bordier. "Dans le département environs les 2/3 des agents ont participé à la lutte en soutien des postiers du bureau de Crimée. Or, l'agenda de La Poste prévoie aussi des restructurations concernant d'autres bureaux de facteurs." Le Syndicaliste dénonce un dialogue social quasi inexistant qui oblige les salariés à une longue lutte pour obtenir des négociations.

La solidarité

Après 4 mois de lutte les postiers de Rennes-Crimée ont donc enfin trouvé une issue au conflit.
"Ca a été eprouvant avec des fiches de paie à zéro ! Mais on a eu le soutien, la solidarité, et des chèques non seulement d'autres postiers de France mais aussi de nombreux usagers Rennais". Grâce à eux la caisse de soutien a pu compenser environ la moitié de leurs salaires.


Les conséquences pour les usagers

Beaucoup de problèmes ne sont pas règlés : plus de 400.000 plis sont en souffrance. Les grèvistes accusent leur direction d'avoir minimisé tout au long du conflit les conséquences pour les usagers.
"Avec les avocats qui assignent La Poste en Justice pour des retards de courrier, on se rend compte qu'il y a encore beaucoup d'activités tributaires du courrier papier. Il y a eu un vrai mépris des usagers de La Poste pendant ce conflit"


Suppressions d'emplois

Sur ce bureau de Rennes se sont au final 4 suppressions d'emplois qui sont prévues pour 2019 (au lieu de 6 au début du conflit). Arnaud Bordier observe qu'à son arrivée à Rennes en 2002, il y avait 43 tournées (donc 43 emplois). Aujourd'hui il en reste 28 et ce sera 24 en 2019 selon les termes du protocole. En 10 ans au plan national La Poste a perdu autour de 100.000 emplois.


Les suites de ce conflit

Le conflit de Rennes-Crimée cache selon Sud-PTT d'autres conflits à venir pour des raisons similaires dans le reste du département.
Rennes : fin du conflit des postiers
Alan Mathel - militant CGT - France 3 Rennes - Thierry Bréhier / Lionel Bonis







A lire aussi

Sur le même sujet

Algues vertes : le décès de Thierry Morfoisse reconnu comme accident du travail

Les + Lus