Rumengol (29) : le tribunal administratif porte un coup d'arrêt au stockage des gravats

Publié le Mis à jour le
Écrit par Krystell Veillard
Le tribunal administratif de Rennes a annulé l'arrêté préfectoral autorisant le stockage de déchets inertes à Rumengol (29)
Le tribunal administratif de Rennes a annulé l'arrêté préfectoral autorisant le stockage de déchets inertes à Rumengol (29) © France 3 Bretagne

Coup d'arrêt pour le stockage de déchets inertes à Rumengol, au cœur du Finistère. Le tribunal adminstratif de Rennes, vient en effet d'annuler l'arrêté préfectoral, qui autorisait cette activité sur le site. Une victoire pour l'association de riverains qui se bat depuis 3 ans contre ce projet.

Le préfet avait autorisé le stockage de 400 000 tonnes de gravats sur une période de 10 ans à Rumengol dans le Finistère. La décision du tribunal administratif d'annuler l'arrêté préfectoral, vient stopper net, toute activité sur le site. Evidemment, pour les riverains, c'est une très bonne nouvelle. Depuis le début, il défendent l'idée qu'on ne peut pas entreposer des déchets même inertes, sur un site protégé comme celui-ci.

Un coup dur pour l'exploitant qui va faire appel


En estimant que l'installation portait atteinte au paysage, le tribunal a surpris tout le monde, y compris l'avocat des riverains. Pour l'exploitant, qui possède deux autres sites de stockage de déchets inertes, c'est un coup dur.
L'exploitant a décidé de faire appel, et de demander la suspension du jugement qui lui interdit de poursuivre son activité.

Le reportage à Rumengol (29) de Catherine Aubaille et Valerian Morzadec

durée de la vidéo: 01 min 51
annulation centre de déchets de Rumengol (29)
Interviews :
- Laurent de Turpain, riverain
- Alan Saout, avocat des riverains
- Yannick Malléjac, exploitant du site

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.