• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Saint-Pierre-de-Plesguen se mobilise pour une famille syrienne

La chambre de Sidra, réfugiée syrienne / © F3
La chambre de Sidra, réfugiée syrienne / © F3

La famille Kharboutli est arrivée à Saint-Pierre de Plesguen, hébergée chez un particulier, après un long parcours qui passe par le Liban, l’Égypte, la Libye, et la Tunisie. Bien intégrés à la faveur d'un grand mouvement se solidarité, ils veulent désormais vivre et travailler à Saint-Pierre.

Par Stéphane Grammont

Depuis l'été 2015, et après un parcours chaotique fait d'humiliations et de déceptions, Amina, Atef et leurs trois enfants de 5,3 et un an arrivent dans une famille de Saint-Pierre-de-Plesguen. Autour de Stéphane et Christine Rubin, tout un réseau de solidarité se met en place.

Grâce aux efforts d'une soixantaine de personnes, les parents prennent des cours de français, et les enfants sont scolarisés. Ils pratiquent chacun un loisir (football, karaté et danse), tandis que toute la famille profite d'un suivi médical régulier.
Solidarité autour d'une famille syrienne

"Depuis leur arrivée, non seulement on regrette pas, mais c’est un vrai bonheur de les avoir ici" témoigne Stéphane Rubin, enseignant à Saint-Malo. En classe, la maîtresse ne voit pas de différence, tant le jeune Abdulhalim, âgé de 8 ans et sa soeur Sidra (11 ans), ont appris le français rapidement.

"Moi je ne vois pas de différences, il participent, ils ont toujours le sourire, ils jouent sur la cour de récréation avec leurs camarades, ils n’hésitent pas à prendre la parole, on sent une grande aisance" témoigne la directrice.

"J’ai envie de travailler le français, j’aime bien la France, j’aime bien la maîtresse, j’aime bien les amis aussi" répond Abdulhalim en écho.

Le 16 octobre, Atef et Amina seront convoqués à l'Ofpra, qui leur délivrera un titre de séjour. Ils pourront bénéficier alors d’un ensemble de prestations : RSA, APL, CAF qui les mettront provisoirement à l’abri des difficultés.

Amina et Atef pourront alors très vite travailler. "Ils sont pressés de travailler, et de faire leur vie ici dans le secteur de Saint-Pierre de Plesguen" confirme Stéphane Rubin.

Sur le même sujet

Réaction des équipes de l'école primaire

Les + Lus