• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les sourds dans la rue pour en finir avec la discrimination

Le 20 mars dernier l'association "Sourds en Colère" avait déjà mobilisé pour que la langue des signes soit inscrite dans la Constitution / © Karine Babarit
Le 20 mars dernier l'association "Sourds en Colère" avait déjà mobilisé pour que la langue des signes soit inscrite dans la Constitution / © Karine Babarit

C’était une journée d’action nationale. Les sourds veulent être des citoyens à part entière, pouvoir réaliser leurs démarches administratives ou accéder aux infos télévisées sans être pénalisés par leur handicap. Ils réclament l'inscription de la Langue des Signes dans la constitution 

Par Gilles Le Morvan

Ils étaient une centaine à Rennes à l’appel de plusieurs associations pour demander plus d'égalité et d’accessibilité au quotidien.

Les "Sourds en colère" s’estiment trop souvent méprisés, victimes d’une double peine. Un handicap les touche et la société ne leur facilite pas la vie pour les démarches administratives, l'accès à l’information télévisée, aux débats publics, à la campagne électorale par exemple. Bref, ils aimeraient enfin être considérés comme des citoyens à part entière. 

Pour en finir avec ce qu’ils considèrent comme une discrimination, les sourds demandent l’inscription de la Langue des Signes Française dans la constitution, ce qui leur permettrait de bénéficier plus régulièrement d’interprètes. Une pratique qui existe dans d’autres pays européens comme la Finlande ou le Portugal.
 


Le 20 mars dernier, une première manifestation avait déjà rassemblé un millier de personnes à Paris à l'initiative des "Sourds en Colère". Un nouveau rassemblement national est annoncé pour le 20 juin.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Réaction des équipes de l'école primaire

Les + Lus