Y a-t-il pénurie de vaccin contre la grippe en Bretagne ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc-André Mouchère
En 2020 les pharmaciens ont vacciné un tiers des patients
En 2020 les pharmaciens ont vacciné un tiers des patients © PHOTOPQR/SUD OUEST/MAXPPP

Si vous vous rendez dans une pharmacie pour obtenir un vaccin contre la grippe, vous serez souvent déçu. S’il en reste ils sont réservés aux personnes prioritaires. Les pharmaciens attendent encore quelques doses en provenance des stocks d'État.

Chaque année en France l’épidémie de grippe touche 2 à 6 millions de personnes. Selon Santé publique France Plus de 90% des décès liés à la grippe (9 000 en moyenne en France chaque année) surviennent chez des personnes âgées de plus de 65 ans. C’est pourquoi dès la mi-octobre, cette année encore les personnes prioritaires ont été invitées à se faire vacciner.
 

2020, une année à risques cumulés

Avec l’épidémie de Covid, la vaccination contre la grippe saisonnière prend une nouvelle importance. Et ça se ressent. Difficile de trouver un vaccin en pharmacie. S'il en reste, ils sont réservés aux personnes prioritaires qui n'ont pas été envore vaccinées. En outre, beaucoup plus de pêrsonnes à risque se sont fait vacciner cette année.

Dans un webinaire du 6 décembre, le vice-président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’offices (USPO) annonce avoir dispensé 11,3 millions de vaccins au plan national dont 91% aux personnes prioritaires (88% en 2019). Les pharmaciens ont vaccinés eux-mêmes 1/3 des patients (1/3 aussi par les médecins et 1/3 par les infirmières) ; c’était une procédure nouvelle en 2020, elle a fonctionné et a même permis de vacciner plus vite (en majorité dès novembre) et aussi plus de personnes qu’à l’habitude.


En Bretagne aussi et peut-être plus qu’ailleurs en France, le nombre de personnes à risque qui se sont fait vacciner a très nettement augmenté. Une première pénurie s’est alors fait sentir.


Une relative pénurie


Pour pallier cette pénurie, la France a fait venir 2,4 millions de doses (le Stock-État). Ces nouveaux stocks sont constitués de vaccins adaptées aux + de 65 ans (4 fois plus dosés) qui vont prioritairement aux résidents des EHPAD et de vaxigrippe pour par exemple les personnels d’EHPAD.

Au 8 décembre les pharmacies contactées en Bretagne n’ont pas reçu ces nouvelles doses. Elles seraient livrées à hauteur de 10 par jour par pharmacie pour permettre une meilleure répartition dans toute la France. Les personnes prioritaires pas encore vaccinées doivent faire la demande à leurs pharmaciens qui les inscrivent en liste d’attente.

On ignore s’il en restera pour les personnes non prioritaires. Certaines grandes entreprises françaises ont aussi de longue date passé commande directement aux fournisseurs pour vacciner leurs salariés. Les pharmacies passent leur commande dès janvier pour l’hiver suivant parce que les fabricants cessent la fabrication pour l’hémisphère nord quand ils engagent une nouvelle production pour l’hémisphère sud.
 

Les mêmes personnes à risque pour les deux épidémies


Premier risque : les symptômes des deux maladies peuvent se confondre (fièvre, lassitude, courbatures, mal de gorge). Il y a risque de prendre à la légère une « petite grippe » qui n’en est pas une. Dans les deux cas le malade doit se mettre à l’isolement pour éviter la contagion, mais le nécessaire diagnostic devient plus compliqué pour le médecin. Chez les patients vaccinés contre la grippe on diagnostique plus vite qu’il peut s’agir d’un cas de Covid-19.

Deuxième risque : une personne déjà affaiblie par la grippe sera plus facilement atteinte par le coronavirus surtout si elle fait déjà partie des personnes à risque.

Tout ce qui concerne la grippe et les personnes à risque est parfaitement exposé sur le site Ameli de l’Assurance Maladie:

« L’épidémie de Covid-19 montre combien les conséquences d’une maladie infectieuses peuvent être graves pour les personnes fragiles.

La Haute Autorité de santé (HAS) dans son avis du 20 mai 2020 insiste sur la nécessité de vacciner en priorité les personnes éligibles à la vaccination qui sont également celles à risque d’infection grave à la Covid-19.

Il s’agit :
  • des personnes âgées de 65 ans et plus ;
  • des personnes de moins de 65 ans souffrant de certaines maladies chroniques ;
  • des femmes enceintes ;
  • des personnes souffrant d’obésité (indice de masse corporel (IMC) supérieur ou égal à 40) ;
La stratégie vaccinale vise aussi à assurer une protection indirecte en vaccinant :
  • les professionnels de santé et les professionnels des établissements médico sociaux au contact des patients à risque car ils peuvent contribuer à propager l’infection ;
  • l’entourage des nourrissons de moins de six mois à risque de complication grave de la grippe et des personnes immunodéprimées. »

Les gestes barrières fonctionnent aussi pour les autres virus

Ceux qui ne pourront pas se faire vacciner cette année, se consoleront peut-être de savoir que les gestes barrières du Covid-19 (masque, nettoyage des mains, distanciation) protègent aussi de façon très efficace contre la grippe .

D'ailleurs dans l'hémisphère sud, la grippe n'a pas fait son apparition durant l'hiver australe dernier. Les gestes barrière sont aussi très efficaces contre la gastroentérite, la bronchiolite et de nombreuses pathologies hivernales. 
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.