Achats sur internet : les astuces pour éviter les arnaques

Les malfaiteurs usent d'astuces de plus en plus imaginatives pour exploiter la négligence des internautes. Mais pour éviter les arnaques lors des achats sur le web, France3 vous dresse la liste des méthodes les plus utilisées, et vous donne quelques conseils et astuces pour veiller à votre sécurité.

Par Jonathan Guérin

Un père de famille de Saint-Doulchard (Cher) a perdu 1 250 euros en pensant acheter un ordinateur sur internet. L’histoire est racontée par nos confrères du Berry républicain. Pour procéder au paiement de l'ordinateur, le vendeur exige que le règlement soit réalisé en bons achetables en bureaux de tabac. Avant la livraison en mains propres, l'escroc demande à l'acheteur quels sont les numéros des bons de paiement. Crédule, l'homme accepte, livrant ainsi les codes permettant au malfaiteur d'encaisser l'argent. La transaction est close. Le père de famille a perdu tout son argent, et le voleur s'est volatilisé. L'arnaque est partie d'une annonce sur un des sites de France les plus fréquentés (leboncoin.fr). La preuve que même les adresses les plus connues peuvent se transformer en miroir aux alouettes.

Des scénarios variés

Les délits du net sont aujourd’hui de plus en plus répandus : espionnage, spam, publicités abondantes et agressives, vol de données. Mais la grande majorité des problèmes survient avec l’assentiment de l’utilisateur. Ce sont des cas où la vigilance de l’utilisateur est « mise en sommeil » par un ensemble de stratagèmes déployés par les cyber-escrocs. Parmi toute la gamme des techniques employées, nous avons sélectionnés pour vous les plus courantes.

Les faux sites

C’est le cas le plus basique. Au détour d’une navigation sur internet, vous surfez à la recherche d’un site sur lequel faire un achat à moindre coût. D’un clic, vous arrivez sur une page présentant des logos des marques qui vous sont familières, mais hélas, après avoir payé, aucune trace de la société ou de votre commande. Parmi les sites les plus couramment copiés, on citera paypal, western union, et tous les e-commerçants (fnac.com, la redoute). Ces sites ont une durée de vie généralement assez courte pour ne pas être tracés par la police. Mais certains volontaires proposent une liste noire des sites de vente frauduleux.

Les mails frauduleux (ou « phishing »)

Certains malfrats viennent même vous solliciter. C’est le cas du phishing, ces emails envoyés pour vous inciter à la consommation, ou vous menacer d’une amende si vous ne payez pas. L’expéditeur se fait alors passer pour une entité officielle (banque, assurance, EDF), et vous signale un problème dans un paiement et vous invite à renouveler l’opération en ligne. Là encore, il s’agit d’une technique visant à soustraire des informations confidentielles (numéro de carte bleue, codes d’accès). Mais sachez que la plupart des e-commerçants ou des organismes ayant pignon sur rue ne procèdent pas de la sorte. En cas de doute, scrutez bien la rédaction du mail : souvent, des erreurs d’orthographe grossières traduisent le peu de sérieux des auteurs du canular. De même, si l’entête du mail a bien l’air officiel, l’adresse email peut laisser deviner qu’il ne s’agit en rien d’un original (les grandes entreprises disposent d’adresses propres en @edf.fr par exemple, et n’utilisent pas de compte gmail, yahoo, ou hotmail).

Les petites annonces piégées

C’est le cas de beaucoup de personnes cherchant à acheter des smartphones. Sur leboncoin.fr, ce genre d’arnaque pullule : pensant faire une bonne affaire, les clients avancent une partie des frais d’achat au vendeur, qui promet d’envoyer l’objet mais disparaît aussitôt après dans la nature. Parfois, l’escroc demande le paiement par mandat cash ou western union. Là encore, la traçabilité de l’argent est faible, et rien n’assure que l’objet sera envoyé, alors que la somme sera, elle, bien débitée.

Des parades simplissimes

Pas de panique ! Les arnaques sont nombreuses, mais les astuces pour éviter les écueils restent à la portée de n'importe quel internaute.
Voici une liste de petits conseils dont il faudra vous imprégner pour acheter en toute sécurité sur le net.
  • Si vous avez un doute sur le site où vous pensez faire votre achat, tapez son nom dans un moteur de recherche assorti du mot "arnaque". Les résultats pourront vous mettre la puce à l'oreille sur d'éventuelles escroqueries antérieures. Ce forum recense également les pièges à éviter.
  • Les sites dont l'url commence par "https" ont la particularité d'avoir une sécurité (le S ajouté au http) renforcée qui garantit, en général, les arnaques. De même, le petit verrou affiché dans votre navigateur indique que vos données sont chiffrées pour ne pas être interceptées par des individus malveillants. 
  • Il est toujours préférable de s'adresser à des sites où la réputation des vendeurs peut être vérifiée : c'est le cas de priceminister ou ebay. Les utilisateurs sont identifiés, notés par les clients, ce qui assure un minimum de risque. De plus, les sites comme Priceminister conservent l'argent et ne déclenchent le paiement du vendeur qu'au moment où le client reçoit effectivement l'objet commandé.
  • Privilégiez toujours les sites où vous pouvez contacter le vendeur. Ce n'est pas une garantie en soi, mais un site affichant clairement une adresse simple en France paraîtra moins risqué qu'un site basé à l'autre bout du monde, qui ne vous offre aucune manière de joindre le vendeur.
  • Pour vos achats en France, vérifiez que l'entreprise soit inscrite sur les registres du commerce. Plusieurs sites proposent ce service.
  • Privilégiez la remise en mains propres, et ne succombez pas aux annonces trop alléchantes.

En cas d'arnaque avérée

Il vous est conseillé de porter plainte auprès d’un commissariat. En effet, cela vous permet ensuite de faire opposition au paiement (si vous l’avez effectué par carte ou par chèque). En médiatisant les nouvelles arnaques du net, cela ralentit leur développement et permet aussi de démanteler plus facilement les réseaux, alors n’hésitez pas à vous rendre sur des forums pour y laisser votre témoignage. De plus il existe diverses associations ou sites internet vous conseillant d’un point de vue juridique. Par exemple, pour les sites hors Union Européenne, le site econsummer vous oriente dans les démarches à suivre pour porter plainte.

Sur le même sujet

Les + Lus