• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Un projet de parc photovoltaïque contesté en Touraine

Julien Présent de la Ligue de protection des Oiseaux sur le lieu de la future implantation du parc photovoltaïque - lieu-dit "Le Champ de Manoeuvres" à Larçay / © F3
Julien Présent de la Ligue de protection des Oiseaux sur le lieu de la future implantation du parc photovoltaïque - lieu-dit "Le Champ de Manoeuvres" à Larçay / © F3

Le projet de construction d'un parc photovoltaïque à Larçay est vivement contestée par les défenseurs de l'environnement qui y voient une menace pour le biotope rare et précieux de ce territoire de landes. 

Par Ch.L/N.L

Dans le cadre du Grenelle de l'environnement, les grandes agglomérations se doivent d'accueillir des parcs photovoltaïques. Pour l'agglomération tourangelle, c'est à Larçay que cette usine photoélectrique devrait s'installer, un choix vivement contesté par les défenseurs de l'environnement. Sur les 600 hectares de landes qui recouvraient à l'origine ce territoire, il ne reste aujourd'hui qu'une superficie de 10 hectares intactes de "fausse champeigne tourangelle". Un biotope rare et précieux, en voie de disparition, grignoté par l'urbanisation, les autoroutes et les voies ferrés. 

"On y trouve des plantes tout à fait remarquables dont certaines bénéficient d'une protection nationale" commente François Botté 
Pie-Grièche écorcheur / © Wikipedia de la Société d'étude, de protection et d'aménagement de la nature en Touraine (Sepant). Coté faunes, la Ligue de protection des oiseaux s'oppose elle aussi à ce projet d'aménagement. "Il y a un certain nombre d'espèces d'oiseaux protégées présentes sur le site comme la Pie-grièche écorcheur qui niche à Larçay, son unique site de reproduction sur toute l'agglomération tourangelle" abonde Julien Présent. 

Si les défenseurs de l'environnement approuvent le photovoltaique, depuis des années ils mettent en garde sur le mauvais choix du lieu, malgré l'avis favorable de l'enquête publique. " Que le ministère de l'environnement fasse sa contre-enquête comme celà a été fait pour le barrage de Sivens." réclame Dominique Boutin du Sepant. 

Les associations naturalistes ont saisi le préfet pour réexaminer le projet qui prévoit de réquisitionner 20 hectares sur le territoire de Larçay. 

Sur le même sujet

La colére des bénévoles face à la précarité

Les + Lus