• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Un centenaire dans La Mémoire : la Base Aérienne 705 de Tours

Didier Lecoq, historien et Flavien Texier / © Pierre-Do Lepais
Didier Lecoq, historien et Flavien Texier / © Pierre-Do Lepais

Notre série de reportages « On a Retrouvé la Mémoire » est donc consacrée aujourd'hui à l'histoire de la BA 705 de Tours. Notre équipe de France 3 Centre-Val de Loire a retrouvé des images très anciennes tournées en 1937, 1966, 1979, ...

Par Flavien Texier /AL

Les nombreuses unités qui sont rattachées à la Base Aérienne 705 sont implantées sur deux principaux sites : Tours et Cinq-Mars-la-Pile pour un effectif total de près de 2800 militaires et civils.
Depuis son implantation sur ces communes il y a un siècle, la Base Aérienne a su tisser des liens étroits avec son environnement. Au delà de son rôle opérationnel purement militaire, son poids en matière d’effectifs, fait d’elle un acteur majeur pour l’économie locale.

Elément stratégique de la défense :

Tout d’abord, la base aérienne contribue, par la mission du Centre de détection et de contrôle situé à Cinq-Mars-la-Pile (surveillance, détection, intervention dans notre espace aérien national), et l'accueil temporaire des avions de combat, à l'une des deux missions permanentes de l'armée de l'air (l'autre étant la dissuasion, depuis bientôt 50 ans) vis-à-vis des plus hautes autorités politiques.
Cette mission opérationnelle est la priorité militaire.
Ensuite, la base aérienne contribue à la formation des équipages de chasse au sein de l’Ecole de l’aviation de chasse « Christian Martell »

Acteur de la vie économique et sociale :

Pour accomplir l’ensemble des missions évoquées, la Base aérienne 705 de Tours emploie donc plus de 2800 personnes ( plus de 2500 en Indre-et-Loire en intégrant le personnel de soutien affecté à la Base de Défense de Tours), ce qui situe l’armée de l’air comme l’un des principaux employeurs du département. Avec les familles, la communauté Armée de l’air représente 6000 personnes dont 1800 enfants scolarisés dans les établissements de l’agglomération. Une cinquantaine de métiers participe à son bon fonctionnement. De nombreuses entreprises régionales interviennent également dans le cadre de marchés publics liés à la sous-traitance de certaines prestations : nettoyage des locaux, entretiens des espaces verts, … . Les liens étroits avec l’éducation nationale sont favorisés. Des conventions permettent d’accueillir 140 collégiens qui découvrent les différents métiers et une quarantaine d’étudiants de BEP, CAP à BAC +5 au titre de la formation professionnelle. 
Rappelons que la plate-forme de la base de Tours est mixte, militaire et civile.

► VIDEO : rencontre avec Didier Lecoq, historien dans le reportage de Flavien Texier, Pierre-Do Lepais et Bénédicte Biraud

Photos de Didier Lecoq

 / © Collection personnelle de Didier Lecoq
/ © Collection personnelle de Didier Lecoq
Les pionniers dans les années 20 / © Collection personnelle de Didier Lecoq
Les pionniers dans les années 20 / © Collection personnelle de Didier Lecoq
 / © Collection personnelle de Didier Lecoq
/ © Collection personnelle de Didier Lecoq

« On a retrouvé la Mémoire »

Tous les samedis dans le 12/13 - 19/20 et sur Pluzz.fr

et sur http://centre.france3.fr/retrouve-la-memoire


A lire aussi

Sur le même sujet

Le Blanc, commune rurale isolée

Les + Lus