La Belgique, pays à l’honneur du Game Fair 2015

La Belgique, invité d'honneur. / © F3 Centre-Val de Loire/D.Cros
La Belgique, invité d'honneur. / © F3 Centre-Val de Loire/D.Cros

Chaque année, le Game Fair invite un pays. Pour cette 34 ème édition, c'est la Belgique. Gravure sur fusil, whisky, bière, frites ... ce pays fait découvrir au public toutes ses richesses.   

Par D.Cros

Des drapeaux noir, jaune et rouge qui flottent sur les stands … un slogan "la vie est belge"… pas de doute nous sommes au bon endroit … au cœur du village dédié à la Belgique, le pays invité d’honneur du Game Fair 2015.

► Interview d'Olivier Neys Directeur du Centre d'Action Touristique des Provinces Wallonnes 

La gravure sur fusil

Une petite foule se masse à un des stands. Un homme est en train de graver un fusil. Il s’agit de Pierre Dome, graveur sur armes. Armé d’un burin et d’un marteau, il fait une démonstration.
Pierre Dome, graveur sur armes / © F3 Centre-Val de Loire/D.Cros
Pierre Dome, graveur sur armes / © F3 Centre-Val de Loire/D.Cros
Il présente également l’Ecole d’armurerie de Liège. Dans cet établissement, 200 élèves sont formés, cette année, aux métiers de l’armurerie, de la gravure, de la fine mécanique et de la bijouterie. Cette école est réputée dans le monde entier et attire des jeunes de tous pays : Italie, Espagne, Japon, Etats-Unis… Pierre Dome explique : "70% des élèves sont Français". Certains apprennent à graver des fusils. Ils commencent sur des plaques et dessinent des lignes droites, des rosaces et des fleurs. Puis apprennent ensuite à graver des motifs plus complexes.

Pierre Dome explique : "C’est comme le métier de peintre, nous faisons de l’art, nous réalisons une œuvre". Il continue en disant : "il faut compter de 200 heures de travail pour un travail classique".
Modèle gravé. / © F3 Centre-Val de Loire/D.Cros
Modèle gravé. / © F3 Centre-Val de Loire/D.Cros
En général, il s’agit de commande de particulier. Le graveur fait des recherches dans les livres en fonction de la commande qui lui est faite. Il recherche par exemple des motifs celtes si le commanditaire est Irlandais. Un fusil gravé voit son prix grimpé. Compter par exemple 200.000 euros pour un modèle qui a demandé jusqu’à 2.000 heures de travail.

La Belgique c'est aussi du whisky

Etienne Bouillon tient un stand avec son équipe. Il fait déguster son whisky The Belgian Owl (Belgian Single Malt). Pas facile de faire sa place au milieu de mastodontes comme l’Ecosse et l’Irlande.
Stand de whisky sur le Game Fair. / © F3 Centre-Val de Loire/D.Cros
Stand de whisky sur le Game Fair. / © F3 Centre-Val de Loire/D.Cros
Son orge pousse vers Liège, dans la région de la Hesbaye. Il explique "Cela donne des senteurs fruitées et florales au whisky : une note de poire, de mirabelle, de mandarine pou encore de fleur blanche". Et comme son whisky est vieilli en fût de chêne américain, il prend alors "des notes de cannelle, chocolat, vanille ou encore gingembre".

Pour se faire connaître Etienne Bouillon participe à des salons et contacte des journalistes. "Mon whisky a été primé, médaille d’or, au concours Monde Sélection  il y a 15 jours à Lisbonne (Portgual)". Il est également mentionné dans la bible des connaisseurs, écrite par un journaliste : Whisky bible de Jim Murray’s.

Etienne Bouillon produit actuellement 20.000 bouteilles par an qu’il vend essentiellement en Belgique. Il devrait prochainement augmenter sa production et se tourner vers la France.

Qui dit Belgique … dit aussi bières et frites

Deux stands sont littéralement pris d’assaut : celui de la bière et celui des frites. Venus en famille et entre amis, un petit groupe déguste des bières. Et les commentaires élogieux fusent. Yvon Pouchelon et ses deux fils, Benjamin et Yohann s’exclament : "elle a une belle couleur", "elle désaltère bien" ou encore "elle est légère". A leurs côtés Gérard Jannot, souligne : "pour moi, c’est la meilleure des bières, elle est pleine de saveurs".
De gauche à droite : Gérard Jannot, Yohann, Benjamin et Yvon Pouchelon ... la bière ... à boire avec modération / © F3 Centre-Val de Loire/D.Cros
De gauche à droite : Gérard Jannot, Yohann, Benjamin et Yvon Pouchelon ... la bière ... à boire avec modération / © F3 Centre-Val de Loire/D.Cros
A quelques mètres d’eux, de nombreuses personnes tiennent leur cornet de frites. Derrière les fourneaux, Tommy Willot explique : "Nous avons prévu pour le Game Fair 600 kilos de frites. Mais nous avions fait des réserves en plus… heureusement car à mon avis nous allons atteindre les 800 kilos".
Friterie tenue par Tommy Willot / © F3 Centre-Val de Loire/D.Cros
Friterie tenue par Tommy Willot / © F3 Centre-Val de Loire/D.Cros
Comme pour le bière … même constat… tous savourent. Claudette Soule, venue du Cantal, se régale. Elle explique : "Ça valait vraiment le coup de faire la queue, elles sont délicieuses". Louise Simon, 10 ans comme sa petite sœur Margaux, 5 ans, se lèche les doigts. "Elles sont trop trop bonnes" lâche-t-elle avec un grand sourire.



Sur le même sujet

Les + Lus