Cet article date de plus de 5 ans

Affaire Baupin : Jean-Sébastien Herpin (EELV Centre-Val de Loire) dénonce l'omerta dans les partis

Le secrétaire régional EELV en Centre-Val de Loire, Jean-Sébastien Herpin, a publié le 9 mai sur son blog un long article dans lequel il reconnait que le comportement déviant de Denis Baupin à l'encontre des femmes était connu au sein du parti écologiste. 
Denis Baupin a démissionné le 9 mai 2016 de la vice-présidence de l'Assemblée Nationale, aprés les accusations de harcèlement et d'agression sexuelle portées contre lui
Denis Baupin a démissionné le 9 mai 2016 de la vice-présidence de l'Assemblée Nationale, aprés les accusations de harcèlement et d'agression sexuelle portées contre lui © François Guillot/AFP
Accusé de harcèlement sexuel, le parlementaire EELV Denis Baupin a démissionné lundi de la vice-présidence de l'Assemblée nationale quelques heures après avoir été mis en cause par des élues écologistes pour "harcèlement" ou "agression sexuelle", des accusations qu'il conteste. 

Après les révélations de Mediapart et de France Inter, aucune voix hormis la sienne ne s'est élevée pour défendre M. Baupin, Et pour cause. Au sein du parti EELV, les agissements du député écologiste étaient connus. C'est ce qu'affirme Jean-Sébastien Herpin, secrétaire régional EELV en Centre-Val de Loire, sur son blog.  

Oui, je savais, pas tout, pas complètement. Autour d’un bon verre de vin, en soirées amicales, tour à tour, des camarades, pour certaines des amies, parlaient, se confiaient et je blêmissais, et je savais que ça tomberait un jour, il fallait que cela tombe, mais comment, que faire, mon silence me rendait coupable. Soutenir ? Parler ?









"Si nous assumons collectivement, peut-être aiderons-nous d'autres partis à faire le même travail", a encore estimé sur son blog Jean-Sébastien Herpin. Après les révélations de la presse, le parti Europe Ecologie-Les Verts que Denis Baupin a quitté il y a trois semaines, a salué le "courage" des victimes qui se sont exprimées et espéré qu'il serait "contagieux".  

"Violences sexuelles en politique , levons l'omerta"

Après l'appel "Bas les pattes" signé il y a un an par des journalistes, une pétition "Violences sexuelles en politique, levons l'omerta" a été lancée lundi par la féministe Caroline de Haas. Pour Osez le féminisme, "penser que l'affaire Denis Baupin est isolée est une erreur: depuis plusieurs années, des hommes politiques ont été impliqués dans des affaires de violences machistes", citant notamment Georges Tron et les accusations récentes contre le ministre des Finances Michel Sapin.  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
europe écologie les verts politique