Après le Loiret, les agriculteurs du Loir-et-Cher poussent un cri d’alarme sur les dégâts des sangliers

"Est-ce l'effet d'une surpopulation ? Est-ce accentué par la sécheresse ?" s'interroge la FDSEA du Loir et Cher. Quoi qu'il en soit, le syndicat d'agriculteurs pousse "un cri d'alarme" face aux dégâts des sangliers dans leurs champs.  
Une battue est organisée par la préfecture du Loir et Cher pour diminuer la population de sangliers, le vendredi 30 novembre.
Une battue est organisée par la préfecture du Loir et Cher pour diminuer la population de sangliers, le vendredi 30 novembre. © Philippe Clément - max ppp
Il y a quelques semaines, le département du Loiret diffusait un communiqué dans lequel il appelait les chasseurs à abattre plus de sangliers, pour "soutenir les agriculteurs". Un appel à l'aide nécessaire car "les dégâts commis par les sangliers sont sans précédents à cette période de l'année." Le département du Loiret impute cela à "une année particulièrement déficitaire en eau". Les sangliers sont donc à la recherche de sols frais et de nourriture.  La situation n'est pas mieux dans le département voisin. La FDSEA du Loir-et-Cher pousse également un "cri d'alarme". Dans un communiqué, le syndicat agricole appelle "à faire baisser radicalement et rapidement la population" de sangliers. "Il s'agit d'une question d'ordre public, (...) les agriculteurs ne sont pas les seuls à subir, écrivent-ils, la bête noire est aussi sur les routes, les stades, dans les centres-bourgs...".
   

La préfecture du Loir et Cher a décidé de réagir


La préfecture est bien consciente du problème. Dans un premier temps, elle a décidé d'organiser une battue ce vendredi 30 novembre en forêt domanial de Boulogne sous l'égide de Chantal Langlais, la présidente des lieutenants de Louveterie du Loir-et-Cher. 

  

Les dégâts des sangliers dans le Loiret en vidéo

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie chasse sorties et loisirs