Centre-Val de Loire : des députés s’érigent contre le Black Friday

Un amendement a été adopté en commission de développement durable pour interdire le Black Friday. / © Vincent VOEGTLIN - MaxPPP
Un amendement a été adopté en commission de développement durable pour interdire le Black Friday. / © Vincent VOEGTLIN - MaxPPP

Venu des États-Unis, le Black Friday s’est installé en France depuis plusieurs années. Mais, à l’heure où les préoccupations écologiques grandissent, des députés de la région s’érigent contre cette manifestation qui encouragent à consommer de façon déraisonnée. 

Par Valériane Gouban

Difficile de ne pas savoir que le Black Friday se déroule ce vendredi. À coup de publicités, toutes les grandes enseignes promettent des prix défiant toute concurrence, le temps d’une journée. Mais souvent, cette braderie d’un jour se transforme en véritables soldes.

Une manifestation commerciale en totale contradiction avec les préoccupations écologiques plus que jamais d’actualités. Controversée, la manifestation commerciale s’attire les foudres de certaines personnalités politiques. 

Vers la fin du Black Friday ? 

Ce mercredi 27 novembre, Delphine Batho, ancienne ministre de l’Écologie, a fait adopter un amendement à la Loi Gaspillage. Le but : interdire purement et simplement le Black Friday.
La députée UDI de la 3e circonscription d’Indre-et-Loire, Sophie Auconie était présente en commission du développement durable lorsque l’amendement a été adopté. 

"Je suis totalement en phase avec Madame Batho. Je considère que cette initiative du Black Friday qui vient des États-Unis, pousse les Français à la consommation et les petits commerçants au rabais, sans parler du coup carbone de l’opération."
Elle appelle les Français à ne pas consommer sur les plateformes pendant le Black Friday car "un emploi créé par Amazon détruit deux emplois sur notre territoire". 
- Sophie Auconie, députée de la 3circonscription d'Indre-et-Loire

Sophie Auconie n’est pas la seule députée de la région à appeler au boycott du Black Friday. Fabienne Colboc, députée LREM de la 4e circonscription d’Indre-et-Loire, se dit également "contre ces pratiques commerciales agressives". 

"Cette manifestation commerciale engendre beaucoup de pollution. De plus, ce qui devrait se dérouler uniquement sur une journée se prolonge généralement toute la semaine. Je pense que le Black Friday a un impact négatif en France."
- Fabienne Colboc, députée LREM de la 4e circonscription d’Indre-et-Loire

"Nos emplettes sont nos emplois"

Pour la députée UDI, les consommateurs jouent un rôle important dans l’interdiction de ces manifestations. 

"Il faut que nos citoyens soient responsables et qu’ils prennent conscience que le Black Friday appauvrit nos commerçants de proximité et nos centres-villes. J’aime un slogan qui date des années 90 et qui disait :‘Nos emplettes sont nos emplois’. C’est toujours d’actualité aujourd’hui et cela montre bien la responsabilité des consommateurs."
- Sophie Auconie

De son côté, Fabienne Colboc appelle à participer au Giving Tuesday ce mardi 3 décembre. Ce mouvement mondial incite le temps d’une journée à donner de son temps, de l’argent, de la nourriture… Une journée bien loin de la consommation frénétique d’objets matériels. 

L’amendement de Delphine Batho sera lui débattu à l’hémicycle le 9 décembre prochain. Si une interdiction totale du Black Friday reste peu probable, certains députés espèrent interdire la communication massive autour de cette journée. 

Sur le même sujet

Les + Lus