Cet article date de plus de 4 ans

Bourges : un sympathisant d'extrême droite jugé pour l'agression d'un militant communiste

Un sympathisant d'extrême droite était jugé, mercredi 3 mai, pour des violences en réunion commises en novembre dernier sur un jeune militant communiste, devant le tribunal correctionnel de Bourges où une peine de six mois de prison avec sursis a été requise.
© France 3 Centre-Val de Loire
Le tribunal rendra sa décision le 7 juin prochain. Le responsable des Jeunes communistes du Cher, âgé de 20 ans, avait été molesté le 5 novembre dernier à Bourges, après un rassemblement anti-migrants organisé par le Front national, et une contre-manifestation à l'appel d'organisations de gauche.

Un sympatisant d'extrême-droite


Alors qu'il rentrait à son domicile avec deux amis, il avait été insulté et frappé par des hommes ayant participé à la manifestation anti-migrants. Trois jours d'incapacité totale de travail lui avaient été prescrits.

A la barre, le prévenu, âgé de 21 ans, a expliqué avoir bousculé le jeune communiste, mais a assuré ne pas l'avoir frappé. Contrairement à ses amis qu'il n'a pas voulu dénoncer. L'enquête de police n'avait permis d'identifier qu'un seul des agresseurs. Au sortir de sa garde à vue, l'homme avait été présenté comme un "sympathisant du Front national" par le parquet de Bourges.

A l'audience, il était plutôt question de sympathisant d'"extrême droite". L'avocate de la victime a demandé 2.000 euros de dommages et intérêts.
L'avocat du prévenu, dont le casier judiciaire est vierge, a demandé à la juge de ne pas tenir compte des "pressions politiques" et du contexte de l'élection présidentielle.

Une trentaine de personnes, dont des responsables locaux du Parti communiste français, étaient rassemblées devant le palais de justice de Bourges
pour soutenir la victime.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société parti communiste politique