Munitions, soldats, avions : les bases aériennes mobilisées dans le cadre du conflit en Ukraine

Publié le

Plusieurs avions ont sillonné le ciel du Centre-Val de Loire depuis le début du conflit en Ukraine. Plusieurs A400 M et un Awacs de l'armée de l'air sont partis d'Orléans et d'Avord vers la Pologne et la Roumanie depuis le début du mois de mars.

Suite à l'invasion de l'Ukraine ce 24 février, la France "n'est pas en guerre", comme l'a rappelé le président de la République ce 3 mars. Pour autant, elle s'est engagée dans une opération de renforcement de ses alliés de l'OTAN à l'est de l'Europe, notamment en Pologne et en Roumanie.

Des opérations de police du ciel en Pologne

C'est pour cette raison qu'un Awacs, un avion-radar dédié à la détection et au commandement, a décollé de la base d'Avord, près de Bourges, ce jeudi 3 mars. Il participe à des "opérations de réassurance du ciel des pays membres de l'OTAN", explique le Service d'information et de relations publiques de l'Armée de l'air et de l'espace (Sirpa Air), en compagnie d'avions de chasse venant de la base de Mont-de-Marsan.

Il s'agit essentiellement d'une mission de "police du ciel", précise l'Armée de l'air et de l'espace. Concrètement, "il s'agit d'affirmer l'inviolabilité de l'espace aérien des pays de l'OTAN", une opération défensive qui exclut tout survol du territoire ukrainien, soumis aux bombardements russes depuis une semaine.

Ravitaillement d'un bataillon français en Roumanie

En outre, l'Armée de l'air et de l'espace est impliquée dans le renforcement de la présence otanienne en Roumanie, précise le Sirpa. Plusieurs avions de transport A-400 M ont emporté 500 soldats depuis Istres vers Constanta, sur les rives de la mer Noire. Ils font partie d'une force de "réaction rapide" de l'OTAN dans ce pays frontalier de l'Ukraine et de la Moldavie.

Ces soldats ont à leur tour été ravitaillés par d'autres avions qui ont transité à leur tour par les bases d'Orléans-Bricy et Avord. Le 2 mars, un C-130 J de l'escadron franco-allemand a décollé d'Évreux, chargé de 15 tonnes de munitions à à Avord avant de s'envoler pour Constanta.

Les rotations devraient se poursuivre jusqu'à la fin de semaine, et peut-être au-delà en fonction de l'évolution de la situation.