• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

La préfecture du Cher enjointe de trouver un hébergement pour une demandeuse d'asile

La préfecture du Cher va devoir trouver une solution d'hébergement pour une demandeuse d'asile de nationalité guinéenne. C'est la 2e fois en moins d'un mois que la préfecture du Cher se voit enjoindre de fournir un hébergement à un demandeur d'asile laissé à la rue. 

Par Ch.L avec AFP

Après avoir fait droit à une première requête d'un demandeur d'asile russe début avril (un autre avait été débouté), le juge des référés du tribunal administratif d'Orléans a donné raison en début de semaine dernière à la jeune femme originaire de Guinée-Conakry, arrivée à Bourges le 12 avril dernier avec sa fille de 7 ans. 

Après s'être présentée aux guichets de la préfecture du Cher pour solliciter son admission au titre de l'asile, cette femme n'avait pu obtenir, malgré ses demandes, un hébergement et disait être obligée de dormir dans la rue avec sa fille. Le juge des référés a estimé que "tant la condition de l'urgence que celle de l'atteinte grave et manifestement illégale à la liberté fondamentale que constitue le droit d'asile apparaissent établies"

Le Comité de vigilance pour la défense des droits des étrangers, qui soutient ces demandeurs d'asile, se demande "si la préfecture doit attendre systématiquement de se faire condamner par le tribunal pour mettre sous sa protection des personnes que le droit français lui enjoint de protéger". 

La préfecture du Cher n'avait pas réagi lundi soir à cette décision. 

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus