Cher : Pour ses 50 ans, l’association céramique la Borne s’offre une exposition avec 50 artistes contemporains

"50 ans, 50 artistes - Une exposition anniversaire" est présentée tout l’été au Centre céramique contemporaine de la Borne (Cher). C’est l'événement à voir pour se rappeler l’aventure qui chaque jour continue dans ce petit village dédié à la poterie.
De g. à dr. : Haguiko, "Horizon", 1997-2020 (au 1er plan) et Nicolas Rousseau, "Vanité", 2020 (au 2d plan) ; Patricia Calas Dufour, "En rêve", 2015 ; Claude Varlan, "Sans titre", 2010.
De g. à dr. : Haguiko, "Horizon", 1997-2020 (au 1er plan) et Nicolas Rousseau, "Vanité", 2020 (au 2d plan) ; Patricia Calas Dufour, "En rêve", 2015 ; Claude Varlan, "Sans titre", 2010. © Photos : Lisa Dervycka, 2021

Au départ, c'est une histoire d’amitié. En 1971, une bande de copains, très attachés à ce village de potiers du Haut Berry, créait l’association Céramique la Borne, l’ACLB, qui allait permettre à ce lieu d’étendre sa renommée dans le monde entier.

Tout avait commencé en 1961 comme nous l’explique Stéphane Dampierre, l’actuel président de l’ACLB : "En 1962, Pierre Mestre, qui souhaitait faire une exposition de tous les artistes travaillant à la Borne, a contacté Henri Rozay qui était partant également. Ils ont réaménagé une ancienne forge à l’entrée du village et ont organisé la première exposition."

"Devant le succès, ils ont organisé d’autres expositions dans le village, que ce soit dans les cafés ou l’ancienne menuiserie de la famille Bedu, poursuit-il. De fil en aiguille, d’autres potiers sont venus s’installer. A la création de l’association, ils étaient une douzaine de membres.

800 artistes

Ensuite la commune d’Henrichemont a offert l’ancienne école de filles de la Borne, qui avait fermé, pour servir de lieu d’exposition aux membres de l’ACLB. En 1981, certains ont souhaité étendre cette possibilité à des artistes hors les murs, que ce soit des céramistes, mais aussi des peintres et des photographes.

Une commission ad hoc a été fondée, et en 40 ans ce ne sont pas moins de 800 artistes qui ont exposé à la Borne au premier étage de l’école puis au Centre céramique contemporaine. L’intérêt culturel, artistique et économique étant en effet indéniable, l’association a travaillé à développer un projet soit d’agrandissement de l’école de filles, soit de la création d’un nouveau bâtiment pour accueillir les expositions, à la fois permanentes des membres de l’association et temporaires tout au long de l’année.

Aujourd’hui, le Centre céramique est géré par la communauté de communes des Terres du Haut Berry, et l’association participe à son animation en collaboration avec ses responsables.

Ceux qui étaient là, il y a 50 ans, ne pouvaient pas s’imaginer que ça allait aboutir à cela : un centre d’intérêt très important internationalement dans le monde de la Céramique contemporaine.

Stéphane Dampierre, président de l’ACLB

Un triple anniversaire

Cette année marque les 50 ans de l’association, les 40 ans de la commission et les 11 ans de la création du Centre, qui n’a pas pu fêter ses 10 ans comme il se doit l’an passé en raison des mesures sanitaires. Il fallait donc imaginer un événement à la hauteur de la situation. D'où cette exposition baptisée 50 ans, 50 artistes.

Vue de l'exposition "50 ans, 50 artistes, une exposition anniversaire" - Au 1er plan : Maria Bosch, "Cicles", 2020.
Vue de l'exposition "50 ans, 50 artistes, une exposition anniversaire" - Au 1er plan : Maria Bosch, "Cicles", 2020. © Photo : Lisa Dervycka, 2021

Le choix de ces 50 artistes s’est fait très démocratiquement. Chacun des 73 membres de l’association a par exemple voté pour décider qui participerait à l’exposition, en collaboration avec les décideurs du Centre.

Une association qui a bien grandi depuis sa création, et les trois derniers adhérents sont de jeunes céramistes, montrant que la dynamique insufflée par la Borne attire toujours. "L’association regroupe des céramistes de la Borne, et puis de 50 km autour de la Borne, se réjouit le président de l'ACLB. Ça va jusqu’à Bourges, il y a des céramistes qui font partie de l’association installés là-bas. Et puis vers le nord, le plus loin je pense que c’est Châtillon- sur- Loire, nous avons une nouvelle céramiste qui est entrée cette année et qui habite là-bas."

Au final cette association est remarquable par sa diversité de techniques. "C’est ça la richesse de la Borne. Il y a un éventail d’expressions qui va de la poterie utilitaire - pots de fleurs, vaisselles, pichets, en passant par l’assiette et le plat - jusqu’à des expressions sculpturales et abstraites", constate Stéphane Dampierre.

Sans parler des matières : "A l’époque, c’était du grès cuit au bois à la Borne - ça reste une spécificité de la Borne, ces cuissons bois -, mais il y a aussi de la faïence, de la porcelaine, du raku, de la terre enfumée, en fait il y a presque toutes les expressions et les techniques céramistes représentées." C’est cette diversité que les visiteurs du Centre pourront découvrir dans l’exposition.

Arnold Annen, "Bol", 2018
Arnold Annen, "Bol", 2018 © Photo : Lisa Dervycka, 2021

Le public associé 

Chaque membre associé organise en résonance avec l'événement du Centre sa propre expo, avec des artistes associés ou de jeunes créateurs, à découvrir dans le village au gré des ateliers.

Une exposition photographique invite par ailleurs les visiteurs à découvrir le travail des céramistes dans les chemins et jardins du village.

Au programme également : des animations et démonstrations, des conférences et films et des workshops - autrement dit des stages à l’usage des professionnels ou du grand public, enfants et adultes, pour découvrir le travail de la terre, comme celui indiqué ci-dessous :

Tout ce programme très complet doit durer jusque début novembre, à l’occasion des traditionnels Grands Feux de la Borne. Si tout va bien d’ici là et qu'aucune restriction sanitaire ne vient gâcher la fête, l’association a l’intention de souffler ses bougies d’anniversaire à cette occasion.

Enfin à signaler pour les visiteurs que le Centre a adopté un système de jauge qui limite le nombre de personnes présentes à l'intérieur à 49, mais évite du même coup d’avoir un pass sanitaire. Ce qui a aussi l’avantage de pouvoir admirer tranquillement les pièces exposées.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
artisanat culture expositions événements sorties et loisirs