Handicap : la proposition de loi de la députée du Cher Nadia Essayan adoptée à l'Assemblée Nationale en première lecture

La députée MoDem du Cher a présenté son projet de loi hier par l'Assemblée nationale pour optimiser l'accès des personnes handicapées aux magasins et centres commerciaux. Votée à l'unanimité, elle a de grandes chances d'entrer en vigueur après lecture du Sénat.

Nadia Essayan lors du vote à l'Assemblée Nationale, ce jeudi 28 janvier
Nadia Essayan lors du vote à l'Assemblée Nationale, ce jeudi 28 janvier © Nadia Essayan

Un petit pas pour la société, un grand pas pour la reconnaissance des personnes handicapées. La députée du Cher Nadia Essayan (MoDem) a présenté ce jeudi 28 janvier sa proposition de loi en séance publique à l'Assemblée Nationale. Elle viserait à améliorer l'accessibilité des personnes en situation de handicap aux magasins, la grande distribution et aux centres commerciaux. Adoptée à l'unanimité, avec 85 voix pour, le texte doit maintenant être présenté devant le Sénat. "Ce n'est qu'une question de délai. Nous trouverons le moyen de la faire apsser avec une niche de centriste devant le Sénat. Il y a de grandes chances que ça se fasse" se félicite-t-elle.

"Même pour nous, il faut du temps pour s'adapter à un grand magasin"

La députée du MoDem a commencé à travailler sur ce projet de loi en 2019. Cette année-là, Christelle Berger, la présidente de l'association Espoir pour mon futur, l'interpelle sur les difficultés rencontrées par sa fille, autiste non-verbale. Cette dernière ne voulait pas rentrer dans les grands magasins à cause du bruit et des lumières. Une grande surface de Vierzon (Cher) a donc accepté de tenter l'expérience de "l'heure silencieuse", qui fut "concluante. Elle a pu naviguer dans le magasin avec beaucoup plus d'aisance. Elle s'est vraiment détendue". Un combat nait alors pour faire reconnaitre davantage le "spectre autistique" dans la vie en société.

"Ma première fierté, c'est que ma proposition de loi soit passée dans la niche de mon groupe politique. Nous députés, nous avons très peu de jour dans l'année pour faire part de ces idées. Je l'ai donc retravaillé pendant toute l'année 2020 avec les acteurs concernés". Parmi ces acteurs, les représentants du commerce ou encore les secrétariats d'état concernés. Malgré la réticense exprimée par les grandes surfaces, la députée continue encore aujourd'hui d'affiner sa proposition de loi.

Concrètement, cette loi pourrait se traduire dans un premier temps par la formation et la sensibilisation du personnel pour accueillir les personnes atteintes d'handicap. Il pourrait aussi s'agir de réorganiser les rayons : "Même pour nous, il faut du temps pour s'adapter dans un grand magasin. Nous devons réfléchir à une signalétique ou un plan du magasin pour les personnes malvoyntes ou même celles qui ne savent pas lire. Je tiens aussi à ce que l'heure silencieuse soit au coeur du dispositif". Un travail auquel elle réfléchira avec les acteurs directement concernés, car Nadia Essayan l'a dit, "elle n'aime pas les décisions qui tombe d'en haut".

Vers une réelle reconnaissance du handicap ?

A travers ce texte de loi, la question de la reconnaissances des personnes handicapées se pose. Selon la députée, la Maison des Personnes Handicapées (MDPH) délivre rarement la carte mobilité inclusion aux personnes atteintes du spectre autistique. Pour rappel, cette carte peut comporter trois mentions : 

"Le ministère admet même qu'il n'y a aucune raison pour que le spectre autistique ne soit reconnue dans le bénéfice de cette carte". En France, 700 000 personnes sont atteintes de trouble autistique, plus ou moins prononcé. Pour certaine, elles ne le savent même pas encore...

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handicap société