Meurtre du petit Jonathan originaire du Cher : un mandat d'arrêt européen lancé contre un tueur en série allemand

(Archives) ORVAL LE 27/05/04. Les Obsèques de Jonathan, en l'église de st Hilaire à Orval dans le cher. Descente du cercueil devant la famille et les parents. / © ALAIN FOUGERAY - MAX PPP
(Archives) ORVAL LE 27/05/04. Les Obsèques de Jonathan, en l'église de st Hilaire à Orval dans le cher. Descente du cercueil devant la famille et les parents. / © ALAIN FOUGERAY - MAX PPP

La justice française a délivré un mandat d'arrêt contre un Allemand à propos de la mort de Jonathan Coulom, un écolier de 10 ans originaire du Cher, enlevé en 2004 dans un centre de vacances près de Saint-Nazaire, a-t-on appris mercredi de sources judiciaires.

Par Fabienne Marcel

L’enquête sur la mort du petit garçon enlevé dans une colonie de vacances, le 7 avril 2004, à Saint-Brévin-les-Pins, dans les Pays de la Loire n’avait pas abouti jusque-là, mais de nouveaux éléments relancent l’enquête. 
Le juge d'instruction en charge du sossier a indiqué avoir délivré "un mandat d'arrêt contre Martin Ney, ressortissant allemand actuellement détenu en Allemagne". Le mandat d'arrêt "a été diffusé en la forme européenne mercredi", a-t-il précisé.

Le mandat d'arrêt contre Martin Ney va être diffusé par le parquet de Nantes auprès de l'Allemagne afin d'envisager que M. Ney puisse être entendu, a confirmé une source judiciaire. L'hypothèse de la responsabilité de Martin Ney est, parmi d'autres, explorée de longue date par les enquêteurs et cette piste a été relancée en avril 2018 par des aveux indirects, entre détenus. Le codétenu de Martin Ney avait alors affirmé avoir recueilli les aveux de ce criminel, déjà condamné à perpétuité en 2012 pour le meurtre de trois enfants dans le nord de l'Allemagne.  Selon le quotidien Presse-Océan, le juge d'instruction nantais espère que les autorités allemandes remettront le suspect à la France en vue de sa mise en examen "au début de l'année 2020".


Jonathan, l’affaire hors norme qui avait secoué les Pays de la Loire et le Centre-Val de Loire

Jonathan, originaire du Cher, avait été enlevé en pleine nuit dans son sommeil, alors que ses camarades étaient endormis, dans la nuit du 6 au 7 avril 2004, dans un centre de vacances, près de Saint-Nazaire. La frimousse de  « Titi », comme le surnommaient ses parents, est longtemps restée affichée dans les commerces de la cité balnéaire de Saint-Brévin-les-Pins. Après six semaines, d’intenses recherches ont été menées par les gendarmes, aidés d’un nombre important d’habitants, le cadavre du petit garçon avait été découvert, le 19 mai, ligoté et lesté d'un parpaing dans un étang proche de Guérande à 25 km du lieu de l'enlèvement.
L'histoire de Jonathan Coulom, enfant timide, souriant, qui aimait la moto et le foot, et était parti voir la mer pour la première fois, a ému considérablement. Au-delà de la tragédie pour la famille, la disparition inexpliquée de cet enfant suivie du meurtre, avait bouleversé les habitants de Loire-Atlantique et du Cher.


 

 

Sur le même sujet

Réaction de Marc Sarreau après sa victoire sur le Tour de Vendée

Les + Lus