centre
val de loire
Choisir une région

Goûtez-voir

Un voyage à la découverte de la gastronomie et du patrimoine dans les régions Rhône-Alpes et Auvergne....
Logo de l'émission Goûtez-voir

REPLAY I Les balades de Goûtez-Voir : sur la route des kiwis

Odile Mattei vous emmène sur la route des kiwis, samedi à 11h30 sur France 3 Auvergne Rhône-Alpes / © FTV / Les balades de Goûtez-Voir
Odile Mattei vous emmène sur la route des kiwis, samedi à 11h30 sur France 3 Auvergne Rhône-Alpes / © FTV / Les balades de Goûtez-Voir

Saviez-vous que la France est le 3ème producteur européen de Kiwis ? La région Rhône Alpes représente quant à elle 9 % de la production, divisée principalement entre l’Ardèche et la Drôme. Pour tout savoir sur les kiwis, rendez-vous samedi à 11h30 sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes.

Par Séverine Pucci

Revoir l'émission

Originaire de Chine, où il est consommé depuis plus de 2 000 ans, le kiwi, était appelé à l’époque « Yang Tao ». C’est seulement au début des années 1900 que le kiwi est arrivé en Nouvelle-Zélande. Nommé « Groseille de Chine » en lien avec la saveur acidulée de la pulpe, il prit rapidement l’appellation de « kiwi », en lien avec l’oiseau emblématique du pays.

Au milieu du XXe siècle, la Nouvelle Zélande a développé la culture du kiwi à grande échelle et la France suivi quelques années plus tard. Le kiwi est aujourd’hui cultivé principalement en Italie, Nouvelle-Zélande, France, Grèce, Australie, États-Unis, Chili et Japon.

La France est le 3e producteur européen de Kiwis. Elle en produit plus de 63 000 tonnes annuelles. La région Rhône Alpes représente quant à elle 9 % de la production (divisée principalement entre l’Ardèche et la Drôme).

En Ardèche, le kiwi est présent depuis plus de quarante ans.À la fin des années 70, début des années 80, quelques passionnés dont la famille Guigue, au sud de l’Ardèche, se lancent dans la culture de ce fruit à pépins. Après quelques voyages en Nouvelle-Zélande pour se familiariser avec la culture de cette plante grimpante, la production se développe assez rapidement dans le département. Le kiwi s’y plaît grâce aux terrains filtrants et aux faibles gelées.

Depuis, de nombreux vergers ont vu le jour, principalement en production de kiwi Hayward, la variété de kiwi à la chair verte, la plus connue.

La récolte des kiwis en Drôme-Ardèche. / © FTV / Les Balades de Goûtez-Voir
La récolte des kiwis en Drôme-Ardèche. / © FTV / Les Balades de Goûtez-Voir

À la Ferme du Luol, située à Saint Julien du Serre, Marina et Cédric ont repris l’exploitation familiale il y a 15 ans. Ils y élèvent des vaches, des volailles et cultivent des kiwis de variété Hayward sur environ 2 hectares. Les kiwis sont présents dans leurs vergers depuis une quarantaine d’années et sont cultivés en bio. Petite particularité de leur exploitation, les volailles passent leurs journées à gambader dans les vergers de kiwis. Cela leur permet d’être à l’ombre, mais également de manger les herbes qui poussent et ainsi entretenir le terrain.

La récolte annuelle des kiwis est intense et courte. Elle se fait sur seulement 4 jours. Cédric et Marina se font aider des parents, de leurs enfants, de quelques salariés et amis bénévoles.

À l’aide d’escabeaux et de caisses de stockage toute l’équipe s’attelle au ramassage. Les kiwis seront ensuite vendus à la ferme ou dans des magasins de producteurs locaux.

À quelques kilomètres de là, à St Sernin, Marc Dejoux produit chaque année une cinquantaine de tonnes de kiwis verts Hayward. Il fait parti de la 5e génération d’arboriculteur de sa famille. Ici, les kiwis sont cultivés en bio depuis 2000, comme beaucoup de kiwiculteurs dans la région. Chaque année, Marc installe quelques ruches dans ses vergers pour aider à la pollinisation des plants mâles et femelles de ses vergers.

Chez les Dejoux, la récolte des 2 hectares et demi de kiwis se fait pendant les vacances de la Toussaint, principalement en famille et avec quelques salariés si besoin.

Une fois récoltés dans les palox, les kiwis ne sont pas stockés sur l’exploitation de Marc. Ils sont livrés au fur et à mesure à la coopérative du coin « Vivacoop » qui les prend en charge jusqu’à leur vente.

Située à quelques kilomètres de l’exploitation de Marc, également à St Sernin, la coopérative fruitière Vivacoop a ouvert ses portes en 1949. Elle travaille avec environ 450 producteurs de châtaignes, cerises et kiwis de la région.

Environ une trentaine de kiwiculteurs viennent livrer chaque fin de mois d’octobre leur production de kiwis. Depuis 1997, la quasi-totalité des kiwis qui sont livrés à la coopérative est bio.

Une fois livrés, les kiwis sont pris en charge par l’équipe. Les palox sont pesés, les lots sont testés pour leur taux de sucre ainsi que pour leur fermeté.

Les kiwis sont ensuite calibrés et passés dans une machine qui, à l’aide de plusieurs brosses souples, élimine un maximum de poils afin d’obtenir une peau de kiwi plus lisse et surtout agréable pour les consommateurs. Les kiwis sont ensuite stockés quelques semaines afin d’obtenir le taux de sucre obligatoire pour la mise en vente.

À la Cueillette du Pont, installée à Aubenas, la famille Chaussabel est dans l’arboriculture depuis une quarantaine d’années. Après avoir travaillé en agriculture conventionnelle et fournit la grande distribution pendant de nombreuses années, Laurent et Mylène ont décidé de passer en agriculture raisonnée et biologique.

Ils produisent des kiwis depuis une dizaine d’années sur 3 000 m2, une petite production qui en donne environ 6 tonnes de fruits chaque année.

Depuis 2 ans, les Chaussabel ne récoltent plus leurs kiwis eux-mêmes. Ils ouvrent leurs vergers pendant 2 jours fin octobre en cueillette libre. Les familles sont ainsi invitées à venir cueillir eux même leurs fruits. Un circuit court auquel tient beaucoup Laurent, et une fierté pour lui de savoir que ses kiwis seront consommés directement sur le territoire ardéchois.

À leur arrivée dans le verger, un seau est distribué aux clients-ramasseurs et Laurent n’hésite pas à leur donner des conseils pour la récolte et raconter avec passion la culture originale du kiwi.

Pour les gourmands qui souhaitent déguster le kiwi sous une forme différente, direction la Pâtisserie Julien Degraeve à Davézieux. Julien s’est formé en école hôtelière avant de rejoindre les cuisines d’établissements étoilés. Passionné par la pâtisserie, Julien s’est formé en autodidacte. Dans la pâtisserie qu’il tient aujourd’hui avec sa femme Mylène, le couple propose des pâtisseries graphiques et design, réalisées avec des produits frais et de saison aux saveurs inattendues.