centre
val de loire
Choisir une région

Les documentaires de France 3 Centre-Val de Loire

Le lundi vers 23h00, un documentaire de 52 minutes raconte la vie des régions. 
Logo de l'émission Les documentaires de France 3 Centre-Val de Loire

REPLAY. Documentaire. Bienvenus dans le royaume de Julie : végane et militante, elle se bat pour créer un bastion contre la maltraitance animale

Photo de Julie, chez elle, dans son royaume du Vernou / © Nathalie Pochat Le Roy/ France 3 Centre-Val de Loire
Photo de Julie, chez elle, dans son royaume du Vernou / © Nathalie Pochat Le Roy/ France 3 Centre-Val de Loire

Suite au décès de son père, cette jeune mère de 22 ans au tempérament fougueux et indépendant hérite d'un domaine de 70 hectares. Ne croyant pas au monde dans lequel nous vivons, elle décide de partir s’y installer pour vivre selon ses propres règles, en harmonie avec la nature.

Par Nathalie Pochat Le Roy et Cécile Mette

Revoir l'émission

Il y a trois ans, Nathalie Pochat Le Roy, jeune réalisatrice, est venue parler de l’histoire de Julie, qu’elle s’était mise à filmer par ses propres moyens. Fascinée par ses forces et aspérités, Nathalie travaillait alors à l’écriture d’un film documentaire de création au plus près de ce personnage. 

Ce projet, accueilli avec un grand enthousiasme par l’agence de production, est confirmé par la découverte des premières images, qui ont révélé une jeune femme magnétique. En filmant cette jeune mère en rébellion, miroir d’une génération, dans l’intime comme dans le combat, ce film touche dans le propos et le désir formel.

Partie d’une utopie de créer un monde clos et autosuffisant, l’histoire s’est finalement dessinée autour de l’ouverture aux autres et la création d’un sanctuaire animalier qui compte aujourd’hui 250 animaux.

Julie au pays des chasseurs est un film qui contient une dimension politique mais qui n’assène aucun discours de vérité, et qui n’est pas contre les chasseurs. Ce film tient à démontrer le combat intime et social d’une personne, et montrer une certaine vision d’une génération en recherche de nouveaux imaginaires et de nouveaux repères.

 

Le feu sacré d'une femme de 20 ans

A partir du jour où Julie a décidé de reprendre la ferme de son père, elle ne s’est plus jamais posée la question. Convaincue, déterminée, Julie avance sans regarder en arrière.

Fondamentalement dans le présent et dans l’action, Julie fait, sans intellectualiser. Elle souhaite tout vivre, tout expérimenter et brûle la vie par les deux bouts. Le choix de reprendre le domaine semble également être pour elle un moyen de ne pas se laisser dépasser par le chagrin d’avoir perdu son père, à l’immobilisme et au vide, deux choses qu’elle semble redouter.

Avec cet enfant qu’elle a eu si tôt, elle n’a pas le temps de penser et doit avancer coûte que coûte. Julie semble lutter pour rester occupée, quitte à être complètement dépassée. Ce film se veut être un portrait de femme forte, parfois au bord de la crise de nerf, qui ne recule devant rien.

L'utopie de Julie

A partir du moment où je peux pourvoir à mes propres besoins, je ne suis plus dépendante et je peux construire un lieu en dehors du monde, différent. C’est pour ça que je veux être totalement autonome. En tout. Eau, électricité, nourriture...

Julie

Habitée par sa conscience écologique, Julie incarne une partie de sa génération qui souhaite radicalement tourner le dos à une société qu’elle considère pervertie par le profit et la surconsommation. Consciente de l’opportunité incroyable que "Le Vernou" lui procure, elle souhaite le mettre à profit pour rendre possible une autre réalité.

Elle s'imagine un monde régit par ses propres lois. Celles d’harmonie avec la nature, de partage, d’utilisation raisonnée des ressources, de culture accessible à tous. Une volonté fougueuse qui approche parfois la frénésie. Julie dort peu, s’impose un rythme infernal, mène tous les combats à la fois, pour tenter de faire exister son sanctuaire.

Mais à quel prix ? Les papiers s’amoncellent, le désordre est complet du sol au plafond, tout est fait dans l’urgence. Contraste étonnant avec les chambres d’hôtes impeccables. Et les obstacles menacent : dettes et autres frais de succession s’accumulent sur 30 ans. Comment tient-elle sans soutien familial, financier, à son âge ? 

Quant au village côté du domaine, il est difficile de prendre une jeune fille de son âge au sérieux, surtout quand elle prône le véganisme dans une des plus grandes régions de chasse de France. La quête de paix et d’harmonie de Julie se transforme petit à petit en croisade. Elle qui refuse de se reposer tant qu’elle n’aura pas atteint son but. Mais jusqu’à quand tiendra-t-elle toute seule ? Quel sera le prix de son royaume ?

 

Nous avons posé 3 questions à Nathalie Pochat Le Roy, réalisatrice :

  • Comment avez-vous eu connaissance de l'histoire de Julie et de l'existence de son sanctuaire en Loir-et-Cher ?

En 2016 je souhaitais m'initier à la permaculture et aux soins animaliers, j'ai fait quelques recherches sur le Woofing et j'ai découvert le Vernou qui proposait d'offrir le gîte et le couvert en échange de quelques heures de travail. J'ai ainsi rencontré Julie. Les responsabilités qu'elle a pour son âge, ses convictions et son énergie m'ont d'emblée marquées. 
 

  • Quelle relation avez-vous réussi à nouer avec Julie et les bénévoles de la ferme du Vernou ?

J'ai beaucoup discuté avec Julie et très vite, j'ai voulu raconter son histoire qui me paraissait si singulière. Petit à petit une relation de confiance s'est instaurée et Julie s'est ouverte malgré la caméra, ce qui m'a permis de dresser ce portrait intime et sincère. 
 

  • Quels souvenirs marquants gardez-vous de ce tournage et de cette rencontre ?

C'était parfois très dur physiquement, il fallait être prête à toute heure de la nuit et du jour. Des soins pour les animaux peuvent être nécessaires en plein milieu de la nuit. Je retiendrai la résistance de Julie, sa détermination. Tout le monde n'apprécie pas sa façon de faire, mais c'est aussi le prix à payer des engagements et des convictions qu'elle porte si jeune.  
 

  • Plusieurs mois après la fin du tournage, avez-vous des nouvelles du Vernou ?

J'ai eu Julie au téléphone ce matin ! L'été s'est très bien passé mais l'hiver arrive et il faut rester concentré. Avec le confinement elle n'a pas pu avoir beaucoup de bénévoles, il faut donc travailler encore plus. Ajoutez à cela que le moral est parfois en baisse avec les conjonctures actuelles. Mais comme d'habitude Julie tient le cap. Elle m'impressionne beaucoup. 

► "Julie au pays des chasseurs", un film de Nathalie Pochat Le Roy. Première diffusion le mardi 05 août, rediffusion le lundi 30 novembre à 23h05 sur France 3 Centre-Val de Loire.